Soleil FM
  • Accueil
  • Guinée société
  • Le SLECG aux enseignants du public d’arrêter les cours dans les écoles privées : voici ce que pensent les citoyens
Guinée société Infos

Le SLECG aux enseignants du public d’arrêter les cours dans les écoles privées : voici ce que pensent les citoyens

Le Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée dans sa dernière sortie médiatique, a demandé aux enseignants du public d’arrêter de donner les cours dans les écoles privées. C’est pour selon lui, intensifier la pression sur l’Etat pour qu’il augmente le salaire des enseignants. Suite à cette demande du syndicat que dirige Aboubacar Soumah, Soleil FM a fait réagir quelques citoyens de la commune de Ratoma.

Ousmane Barry : « Je demande qu’il y’ ait compréhension entre le gouvernement et le SLECG pour l’avenir de nos enfants. Même si le syndicat a dit huit-millions, le gouvernement devrait faire preuve de responsabilité pour en discuter autour d’une table. Surtout qu’ils disent que c’est négociable.  Par rapport à ce que les syndiqués abandonnent les cours dans les privées ; c’est normal que ces autres jettent l’éponge et suivre leurs camarades. Parce qu’avec cette manière, l’Etat va vite réagir positivement »

Moustapha Diaby : « C’est peut-être une stratégie pour le SLECG de triompher. Mais il faut que le gouvernement appelle le syndicat pour lui faire une proposition consistante. C’est normal que les enfants étudient mais cette situation socio-politique n’encourage guère »

Issa Diallo « Il faut que l’Etat considère le SLECG, prenne en compte sa revendication. Ce qui est indéniable, c’est que les enseignants sont mal payés. Aucune des deux parties ne veut céder ; je trouve ça bizarre car c’est les parents d’élèves qui souffrent. Et si les autres ne suivent pas leurs camarades, le gouvernement va triompher sur eux ».

 

Samuel Duolamou

 

Articles Similaires

Millennials Have A Complicated Relationship With Travel

admin

Accords entre pouvoir et opposition: l’UFR désapprouve et dénonce !

tsegbaya

Renforcement des capacités : Amnesty international offre une formation à une trentaine de journalistes locaux

tsegbaya