17 juillet 2019
Soleil FM

Le théâtre guinéen, quel avenir ?

Cultures Infos

Le théâtre, un genre littéraire particulier qui concilie à la fois littérature et spectacle, a occupé une place de choix dans la littérature des siècles passés. mais son rôle est aujourd’hui remis en question. Par ailleurs, les textes de théâtre ont évolué dans le même sens que les autres genres littéraires.

Le mot « théâtre » garde la marque de sa racine grecque qui signifie regarder, prononcer. Il se définit par le fait de  montrer un monde de conventions dans lequel des comédiens interprètent des personnages et prêtent leurs voix ainsi que leurs gestes pour donner vie à un texte. Sur la question, Amadou Camara se prononce : « Le théâtre est un moyen de communication, d’éducation, de sensibilisation mais aussi un moyen d’expression. Qui parle d’une société, parle forcement de ces éléments. Quand il y’a souvent des problèmes, on fait recours aux artistes. Mais le théâtre a une place particulière parmi tous les autres genres. Parce qu’il transpose des histoires, le vécu auquel les citoyens sont confrontés ».

Poursuivant, notre interlocuteur précise que ce genre d’art est méconnu du public. Il pointe du doigt l’Etat. « Aujourd’hui, le public ignore l’importance du théâtre, pour la simple raison qu’il n’y a pas une politique culturelle qui peut faire en sorte que le public soit proche du théâtre ».

Si certains pensent que le théâtre c’est de la fainéantise, d’autres par contre le perçoivent comme un métier pour la vie. C’est le cas de notre interlocuteur qui vit de cet art. « Les gens pensent que le théâtre c’est le travail des fainéants. Parce que je vois aujourd’hui les pères de familles qui s’acharnent sur des filles. Moi je vous dis tout ce que j’ai eu, c’est grâce au  théâtre. Pour moi, ce n’est pas un sot métier. Non seulement ça te forme, ça t’éduque. Moi, tous mes contrats, c’est par le biais du théâtre.

Contrairement à Amadou, Daouda Kaba estime que les dramaturges manquent d’inspiration. Ce qui fait qu’il ne s’intéresse pas au théâtre guinéen. « Le théâtre guinéen, je ne regarde pas. Parce que je trouve qu’ils ne sont pas inspirés, c’est des gens hors de la Guinée. On ne vend pas leurs produits parce qu’on ne parle que dans nos langues vernaculaires. »                                                   

Pour terminer Amadou Camara, professeur de théâtre invite l’Etat à s’y mettre pour la valorisation de cet art en République de Guinée. «  Que l’Etat accepte de financer des projets de création des gens. S’ils sont tout de même convaincus que ces créations théâtrales  peuvent apporter quelque chose à l’éducation ou à la sensibilisation ou soit à l’information, en tout cas, qui peut aider les gens à avoir des débouchés, il faut qu’il s’y mette. »

Par ailleurs, il convient de signaler que dans le domaine du divertissement, le théâtre est aussi concurrencé depuis déjà plusieurs décennies par le cinéma.

 

MABINTY KEITA

 

Articles Similaires

Conakry: l’association des orpailleurs de Guinée suspend le renouvellement de son bureau

tsegbaya

Compte-rendu du conseil des ministres du 14 mars 2019

tsegbaya

Mamou : le ministre Mouctar Diallo encourage les jeunes à se former

tsegbaya

Les élèves des écoles publiques de Mamou, Dalaba et Pita boudent toujours les classes !

tsegbaya

Siguiri: une foudre s’abat sur Doko et tue 2 personnes

tsegbaya

Gouvernement –Syndicat des enseignants : le SLECG suspend sa participation aux négociations

tsegbaya