Soleil FM
  • Accueil
  • Cultures
  • Les dreadlocks : savez-vous qu’ils cachent des mystères ?
Cultures Infos

Les dreadlocks : savez-vous qu’ils cachent des mystères ?

Les dreadlocks ou les mèches de la peur, appelés « rasta » à tort, ont une histoire. Ils ont été portés par différents peuples. Et ils sont devenus aujourd’hui une tendance,  adorés par plusieurs jeunes femmes et hommes. Que sont-ils réellement et quels mystères cachent-ils réellement.

CAMARA Mohamed ou Humain est un artiste, chanteur et coiffeur de locks. Il est dans ce métier, il y a dix ans. Il est rassuré de constater que les dreadlocks sont acceptés  par certaines familles car à leur début ce n’était pas facile de mettre ou de s’afficher avec des locks. Aujourd’hui et bien heureusement, les parents ont compris que ce n’est point une question de délinquance mais une question de conservation des cultures et les valeurs de l’Afrique.

Humain CAMARA  interpelle les jeunes femmes qui préfèrent les cheveux artificiels : « J’invite toutes les femmes qui s’hasardent à mettre des millions dans les mèches artificielles et autres là, de venir simplement poser  leur Locks. C’est moins coûteux, en plus, tu n’as pas  à le refaire un mois après, c’est comme tu veux. En plus, c’est économique ».

 

Dans la tendance, il y a des goûts et des choix différents. C’est ainsi que certaines personnes qui aiment les dreadlocks ajoutent des cheveux artificiels à leurs cheveux et les retirera dés qu’ils seront satisfaits de la taille de leur cheveux.

King Antimoine est un musicien chanteur. Il intervient sur l’entretien des locks et il les considère comme un art par lequel l’homme change de visage et de couleur.

Poursuivant, il nous interpelle sur le côté mystérieux des locks : « En réalité, selon mes constats, les rastas ont des mystères. Ça te permet d’avoir des intuitions, c’est-à-dire les pressentiments  de cinq à dix, de quinze à vingt minutes ou deux ans. Tu peux voir des choses qui vont se passer à deux ans et trois ans… Ça corrige ton mode vestimentaire, ça te grandit, ça te donne plus de respect. »

King Antimoine insiste sur l’entretien des dreadlocks : « La personne, quand tu es propre … La propreté c’est la santé …tu es crédible envers toi-même, envers Dieu et envers les autres.  Ça veut dire tu es honnête, tu as cinquante pourcent d’honnêteté. »

 

Il est à rappeler que l’entretien des dreadlocks est nécessaire. C’est pour éviter que la chevelure ne devienne une masse emmêlée atteinte d’une maladie appelée la plique polonaise.

 

Baloka Kaba

 

Articles Similaires

Éliminatoires CAN 2019 / Guinée – Centrafrique : les deux équipes se disent bien préparées pour la confrontation

tsegbaya

Kristine Ngiriye, une entrepreneure africaine engagée « au service de sa communauté »

tsegbaya

Mamou : un accident de la route fait trois morts

tsegbaya