22 mai 2019
Soleil FM

Les jeunes de la CEDEAO s’impliquent dans le développement durable

Afrique Infos

La jeunesse de la Communauté Economique des Etats de L’Afrique de l’Ouest était en Guinée dans le cadre d’un forum sur la migration irrégulière et les défis de l’entreprenariat jeune dans la zone CEDEAO. Soleil FM l’a rencontré pour parler de la promotion, de l’intégration et de la paix dans le monde. 

La Communauté Economique des Etats de L’ Afrique de l’Ouest a vu jour en 1975. Son rôle est de promouvoir la coopération et l’intégration ainsi que le maintien de la paix. Luc Innocent TOURE est secrétaire Général de la Jeunesse CEDEAO Guinée. Ici, il met un accent sur l’indépendance financière de la jeunesse en ces termes : « Lutter pour que cette jeunesse-là se prenne en charge. Il ne faudrait pas que nous mettons en tête que l’eldorado, c’est l’Europe mais ici on a tout, il suffit juste de travailler, de se mettre à l’œuvre, de changer les mentalités. L’Afrique est riche et l’Afrique peut être l’Eldorado dont ils vont rechercher et vont faire la promotion de notre espace CEDEAO. Cette CEDEAO nous appartient, nous devons lutter pour l’intégration. L’état ne peut pas employer tout le monde, je vais dire à ces jeunes-là qu’ils se trompent eux-mêmes. Parce que s’ils ne se lèvent pas il sera tard et ils seront à la merci des politiciens. Il faudrait qu’eux-même, ils travaillent pour eux, créer une entreprise de cirage, innover. »

Et pour Tano CAMARA, Président de la Jeunesse Régionale de la jeunesse CEDEAO, rien n’est possible sans la paix et la communication. « La Paix est au préalable de tout développement harmonieux. Sans la paix, nous ne pouvons rien faire, nous sommes obligés de vivre ensemble, de coopérer ensemble pour consolider cette paix parce que c’est avec la paix que nous pouvons construire nos pays, nous pouvons avoir accès au développement et nous pouvons avoir accès à l’éducation. Mais sans la paix, je prends l’exemple sur mon pays, la Cote D’Ivoire qui a vraiment besoin de la réconciliation aujourd’hui. Si nous ne sommes pas réconcilier, on ne pourra rien construire ensemble. Donc la paix est au préalable de tout ce que nous pouvons faire. Je demande ici à la jeunesse de peser les mots, la paix n’est pas un mot mais c’est un comportement. Il fallait briser les frontières mentale, géographique et sociologique. Si on veut parler de développement, si on veut parler de progrès, si on veut parler des infrastructures, qu’il fallait que les hommes se comprennent, qu’il fallait que les hommes acceptent de travailler ensemble. Qu’il n’y a pas de grébiche entre ceux qui gouvernent et ceux qui sont gouvernés. Sortis dans les critiques stériles, de nous mettre ensemble, travailler avec nos aînés. Ensemble, on peut trouver des solutions. Donc pour moi, la solidarité est à la base de tout. »

 

De l’éducation à la non-violence, de l’indépendance financière à la solidarité, ces jeunes de la CEDEAO souhaitent être des modèles. Marie Claire disait : « Sans le progrès, il n’y a pas de paix possible. Sans paix, il n’y a pas de progrès possible. »

 

Baloka Kaba

Articles Similaires

Pêches : le PRCM regroupe les acteurs pour un échange d’expérience à Conakry

tsegbaya

Un an que la crise ronge le Togo : le politologue Mohamed Madi Djabakaté sur la question pour Soleil FM

tsegbaya

Horoya AC : champion de Guinée saison sportive 2017-2018

tsegbaya

Commémoration des deux ans de décès de Fidel Castro : Oumar MARIKO du parti SADI de la République du Mali parle à cœur ouvert

tsegbaya

Kamsar: un accident de la route fait 8 morts dont 2 enfants

tsegbaya

Discours du ministre Oyé Guilavogui à l’ occasion du lancement de la campagne de reboisement 2018

tsegbaya