Partager
L’hypertension, un mal à ne pas négliger

L’hypertension, un mal à ne pas négliger

Le monde célèbre chaque 14 mai, la journée mondiale de  l’hypertension artérielle. Une journée qui a été instituée par la Ligue mondiale contre l’hypertension en 2005 avec comme but, communiquer au public de l’importance de l’hypertension et la gravité de ses complications médicales, mais aussi fournir de l’information sur sa prévention, sa détection et son traitement.

Cette maladie qui est restée longtemps silencieuse peut entraîner des complications très graves entre autres : infarctus, attaques cérébrales…

On parle d’hypertension artérielle lorsque la force du sang contre les parois des vaisseaux sanguins est trop élevée. Elle peut endommager des organes vitaux comme le cœur, le cerveau ou les reins.

Une maladie qui touche le monde entier

Dans les pays occidentaux, on dénombre 40% d’hyper-tendus et 60 % dans les pays en voie de développement. Mais dès 2025, à cause du vieillissement de la population et de l’évolution de mode de vie qui favorise l’obésité et la sédentarité, nous compterons 1,5 milliards de malades. Et aucun pays n’est épargné du phénomène.

Beaucoup de gens qui souffrent de ce mal l’ignorent et parmi elles, certaines catégories de personnes sont particulièrement à risque. Par exemple en France, parmi les 35-55 ans, 42 % ne connaissent pas leurs chiffres de tension. Par ailleurs, l’hypertension non traitée est plus fréquente chez les hommes. Ainsi, cette affection est une des rares pathologies cardiovasculaires pour laquelle les hommes de moins de 55 ans sont clairement moins bien pris en charge que les femmes.

 

Aujourd’hui, la mesure de la tension artérielle est possible . A condition d’être validés ces appareils permettent de passer outre le phénomène de l’hypertension blouse blanche (pression élevée au cabinet médical et normale au domicile) et l’hypertension retardée (l’inverse).