Partager
L’opposition républicaine guinéenne veut encore battre les pavés

L’opposition républicaine guinéenne veut encore battre les pavés

L’opposition républicaine s’est réunie ce lundi  au QG de l’UFDG  à Hamadallaye  pour examiner le dernier développement de l’actualité socio-politique du pays. Au menu de la rencontre qui s’est tenue à huis clos, le compte-rendu de l’atelier de l’OIF entre acteur politique. L’accord du 12 octobre et le statut du chef de file de l’opposition et de son budget de fonctionnement. Les opposants au régime Condé ont également examiné les travaux de l’Assemblée nationale.

A l’issue de la rencontre, le porte-parole de l’opposition républicaine a indiqué que les choses n’avancent pas comme prevu par rapport aux différents accords signés. «J’ai entendu certains leaders de la mouvance présidentielle   affirmer que pratiquement, tout l’accord est mis en œuvre et que la partie qui ne l’est  pas est très marginale par rapport  à ce qui est réalisé. C’est absolument faux,  à peu près, je peux compter une dizaine de dispositions. Aucune n’a connu aujourd’hui  une exécution complète.  Premièrement, l’accord prévoyait que les élections communales devraient avoir lieu au mois de février ; ils n’ont pas eu lieu jusqu’à présent. On n’a aucune vision, aucune idée  sur la période à laquelle ces élections vont se tenir » affirme Aboubacar Sylla porte-parole de l’opposition républicaine.

 

 

Cette opposition prévoit des manifestations dès après le mois de ramadan sur les voies et places publics. « Après le mois de ramadan, nous allons initier une série de  meetings dans les différentes communes de Conakry  pour informer, sensibiliser non seulement nos militants et sympathisants, mais tous les citoyens de la capitale qui sont inquiets de la dérive que nous connaissons aujourd’hui dans ce pays et qui nous amène dans une situation de l’endroit. Mais nous allons dès cette période-là, c’est à dire dans la deuxième quinzaine du mois de juillet, enchainer avec les manifestations sur les voies publics si vraiment le changement significatif n’intervient pas dans la mise en œuvre de cet accord » a-t-il  indiqué.      

Sur le statut du chef de file de l’opposition, le budget alloué à cet effet pour son fonctionnement, il y’a eu un accord total. Aboubacar conclut en disant que l’opposition républicaine n’éclatera pas à cause de l’argent

 

AISSATA SACKO