24 février 2020
Soleil FM

L’opposition républicaine : un cancer pour le développement de notre Pays (par Sayon Mara)

Guinée politique Infos

Depuis son échec historique de 2010 face au charismatique champion du RPG (aujourd’hui RPG Arc-en-Ciel), Mr Cellou Dalein Diallo, puisqu’il s’agit bel et bien de lui, a juré sur tous les dieux de rendre ingouvernable le Pays. Tout comme Diabolus dans la Mythologie grecque, il s’est inscrit, depuis les premiers pas de ce régime, dans une logique de sabotage systématique des actions de celui-ci. Son souhait ardent, c’est l’échec de la gouvernance actuelle.

Toujours aux abois, cette opposition agonisante cornaquée par le leader de l’UFDG ne veut ni changement, ni amélioration des conditions de vie des populations ; elle veut juste le chaos dans le Pays .Quel que soit le prix à payer pour arriver à ce dessein malsain, ces scélérats sont déterminés, ils n’hésiteront pas à marcher sur des cadavres pour arriver à leur fin .Ils se foutent éperdument de toi et moi ; ils se foutent du Peuple.

Seule « la fin justifie les moyens ».

En effet, si un régime échoue, c’est non seulement une lutte, un Peuple et une Nation qui échouent mais c’est aussi un pan de l’évolution du Pays qui aura été asphyxié. Alors qu’on pouvait utiliser cela à bon escient pour donner un nouvel élan au processus de développement de notre Pays ; Chaque minute, chaque heure perdues ou consacrées aux débats inutiles est un retard de trop dans le développement de notre chère Nation. En un mot, se targuer d’avoir empêché le Gouvernement est non seulement trahir la raison pour laquelle nos leaders de l’opposition ont créé leur Parti politique mais c’est aussi trahir leurs militants. En d’autres termes, on ne crée pas une formation Politique pour enrayer l’impulsion d’un régime mais plutôt apporter sa pierre à l’édification de la maison commune à travers des critiques objectives, constructives et un bon programme de développement socio-économique. Car, comme l’a dit quelqu’un un jour : « la maison commune n’est belle que lorsque chacun y reconnait sa part de labeur  ».

Par ailleurs, cette crise que nous sommes en train de vivre est sciemment créée par l’opposition, notamment Cellou  Dalein Diallo, toujours dans sa logique d’empêcher le processus normal de développement de notre pays enclenché depuis l’avènement du Prof Alpha Condé en 2010.

Rendre le Pays ingouvernable, c’est le credo de notre opposition dite républicaine.

Aujourd’hui, n’ayant aucune chance de remporter les électionsdu fait de son passé trop sombre, même en 2020, l’homme est dorénavant dans l’esprit de provoquer des tensions et violences intercommunautaires, avecà la clé cette victimisation à outrance, pour que la communauté internationale intervienne en demandant un partage de pouvoir comme cela s’est passé ailleurs. Sa deuxième alternative,c’est de créer un état de confusion générale pour que l’armée revienne au pouvoir.Il oublie que nous sommes au Pays du Prof Alpha Condé, le renard politique.

Comparaison n’est certes pas raison. Mais parfois, il faut s’atteler à cet exercice pour éclairer la lanterne des populations sur le comportement improductif, nocif et apatride de certains guinéens.

Au temps du régime de feu Général Lansana Conté, le RPG (aujourd’hui RPGArc-en-Ciel), s’est opposé  au régime de l’homme fort d’alors. Malgré les exactions contre ses militants, des arrestations arbitraires dont ils ont fait l’objet, malgré l’exil forcé de certains, le caractère répressif du régime et le tripatouillage des élections, orchestré par ceux-là qui crient aujourd’hui à la fraude à chaque élection, le Prof Alpha Condé n’a jamais eu l’intention un seul jour d’empêcher ou de rendre le pays ingouvernable ;Il est toujours resté patient et n’a jamais défié l’Etat comme le fait présentement le chef de file de « l’opposition républicaine » .Ce qui lui a d’ailleurs valu le soutien des militants du PUP en 2010 face au leader de l’UFDG .En plus, il n’a ni compté ses morts, ni accepté d’ouvrir un cimetière pour ses martyrs .Car pour lui, cela dissimulerait un esprit de revanche un jour ;Il a toujours prôné la paix, invité ses militants à la paix et à l’acceptation des autres .Pour preuve, quand il avait été triché aux élections de 1993, ses militants étaient prêts à descendre dans la rue pour contester l’autorité du Général jusqu’à ce qu’il soit rétabli dans ses droits. Malgré le soutien fort qu’il avait en ce moment dans l’armée, malgré la détermination de ses militants à défendre leurs votes, contre toute attente, ilavait appelé ses militants au calme et à la retenue en ces termes: «…..Que tout le monde reste calme ;Je ne suis pas venu pour Gouverner des cimetières….. ».Une expression restée gravée dans la mémoire de plus d’un guinéen.

Par manque de projets de société concrets, on utilise la communauté comme bouclier pour créer la haine au sein de cette communauté dans le seul et unique but de déstabiliser le pays, l’objectif que s’est toujours inscrit le malheureux perdant des élections crédibles et transparentes de 2010 et de 2015. Ils font circuler des  images, souvent montées de toutes pièces,pour non seulement ternir l’image de notre pays mais aussi décourager les investisseurs qui le rallient depuis l’avènement du Prof Alpha Condé au pouvoir. Quelle méchanceté et quelle haine pour la conquête de quel pouvoir ?

N’ayant tiré aucune leçon de son échec de 2010 et de 2015, des manifestations qui ont endeuillé plusieurs familles, causé la destruction des biens privés et publics, des exactions sur des pauvres citoyens, Cellou Dalein Diallo, épaulés dans cette entreprise de destruction des acquis de notre Pays, par des leaders ayant du mal à mobiliser leurs propres familles autour de leurs idéaux, projettent de nouvelles manifestations la semaine à venir pour des raisons que nous savons déjà. Paradoxalement, au moment où ils se disent victimes du non-respect du contenu des accords signés entre eux et la mouvance, au même moment, ils participent à l’installation des élus locaux partout à travers le Pays. Où est le sérieux ?

Par ailleurs, les grands leaders politiques avec lesquels il était hier l’ont tous abandonné du fait de sa duperie et de son son refus à changer cette stratégie consistant à déverser tout le temps, sur fond de vandalisme et de pillage des biens des pauvres citoyens, les enfants des autres dans la rue pour défier l’autorité de l’Etat.

Ce que cette opposition oublie aujourd’hui est que plus on traine les pas dans la mise en place des élus locaux, plus on empiète sur le chronogramme des autres élections, à savoir les législatives prévues en 2019 et la présidentielle en 2020.Le décalage d’une échéance électorale impacte l’autre.

Concernant les dénonciations de l’opposition sur des prétendues « violations des droits de l’homme »dans notre pays,il faut admettre que nous vivons plus en démocratie aujourd’hui que de par le passé. Cela se traduit non seulement au plan institutionnel par la mise en place des institutions comme la Cour Constitutionnelle, la HAC, la Cour des Comptes pour ne citer que celles-ci mais aussi par la liberté d’expression à travers la dépénalisation des délits de Presse et la garantie accordée aux citoyens dans ce sens.

A vrai dire, depuis que ce régime est là, malgré les bavures constatées çà et là dans l’exercice de certains journalistes, malgré les violences proliférées par certains d’entre eux, aucun n’a été inquiété au point d’aller en prison ; aucun leader aussi n’a été mis au gnouf. A lorsque dans certains pays voisins, ils sont menacés, inquiétés et arrêtés. Une simple caricature d’un Président a conduit un journaliste en prison quelque part.

Que cette opposition reconnaisse cela ou pas, c’est une évidence que notre Pays est l’un des rares en Afrique aujourd’hui où les gens s’expriment librement sans être inquiétés.

Bref, sous d’autres cieux, la Mouvance et l’Opposition, malgré leurs divergences, gardent tous en vue l’intérêt supérieur de la Nation. Elles conjuguent les efforts ensemble pour l’amélioration des conditions de vie des populations, leur bien-être. En outre, l’opposition ne se limite pas seulement aux critiques aveugles et improductives ; elle propose aussi des pistes de solutions aux Gouvernants.

Comme l’a ditMr Philip Edouard, Ministre Français: « On peut manifester mais bloquer un Pays n’est pas acceptable ».

Sayon Mara

Articles Similaires

Le Parti Guinéen de la Renaissance, favorable à la révision constitutionnelle

tsegbaya

Manifestation du FNDC : un lycéen tué à Cosa

tsegbaya

Education : des cadres de DPE et IRE suspendus de leurs fonctions (copie)

tsegbaya

Les travailleurs du port autonome de Conakry comptent demander le départ du ministre des transports

tsegbaya

Enquête sur l’entrée de billets au Liberia : George Weah réclame de la « patience »

tsegbaya

La pauvreté : l’une des causes du mariage précoce en Guinée

tsegbaya
%d blogueurs aiment cette page :