21 janvier 2019
Soleil FM

Mamou : une commission bastonnade contre les enseignants en situation de classe

Guinée économie Infos

À l’image des enseignants du bureau national du SLECG, ceux de Mamou ont tenu une réunion ce samedi 05 janvier 2019. C’est le domicile du secrétaire général préfectoral du Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée de Mamou qui a servi de cadre à cette rencontre. Plusieurs points ont été débattus, entre autres, le compte rendu de l’assemblée générale de Conakry, la mobilisation du lundi prochain et la commission bastonnade mise sur place pour bastonner les enseignants qui n’observent pas le mot d’ordre de grève. 

C’est en présence d’une cinquantaine d’enseignants venue des différentes écoles de la préfecture que Therno Souleymane Sall, secrétaire général préfectoral du SLECG de Mamou a fait le compte-rendu de l’assemblée générale à laquelle il a pris part récemment à Conakry.

Il a ensuite parlé de la rencontre entre le général Aboubacar Soumah et le ministre conseiller à la présidence Tibou Camara. Rencontre qui n’a abouti à rien pour le moment.

Il a aussi demandé aux enseignants de prendre leur courage à deux mains, pour ne pas céder à l’intimidation. Monsieur Sall n’a pas manqué aussi de rappeler aux enseignants la marche du SLECG prévue lundi 7 janvier prochain et dont le point de rencontre reste pour l’instant secret.

 

Pour ce qui est d’une liste des enseignants de la ville carrefour à radier de la fonction publique et qui qui circulerait à Mamou, Therno Souleymane Sall indique qu’il s’agit de sept (07) enseignants, y compris lui-même. Il se dit serein et aucune peur dans le ventre, affirmant attendre de pied ferme, celui qui le radierait.

 

Au terme de cette rencontre, le secrétaire général préfectoral du SLECG de Mamou a réitéré la présence d’une commission de bastonnade des enseignants en situation de classe mise sur place dans cette localité de la moyenne-Guinée.  Il confirme le fonctionnement de cette commission bastonnade qui, à en croire ses propos, va procéder à la bastonnade des éducateurs qui seront trouvés dès lundi entrain de donner cours, et qu’ils considèrent comme des traîtres.

 

Il faut rappeler que malgré les efforts des autorités éducatives, depuis le 3 octobre 2018, les cours peinent à reprendre normalement dans la préfecture de Mamou. Seules les écoles privées fonctionnent réellement.

 

Alpha Oumar Sylla depuis Mamou pour Soleil FM, 93.5

 

 

Articles Similaires

Karim Meckassoua, président de l’Assemblée nationale centrafricaine destitué

tsegbaya

« Propos ethnocentristes » : et si les mots de l’imam de Kindia étaient déformés ! (Il s’explique)

tsegbaya

C-Ronaldo désormais pour la Juventus !

tsegbaya

Réforme du Secteur de Sécurité : le comité national de pilotage dresse son bilan

tsegbaya

Effondrement du viaduc à Gênes : le groupe autoroutier mis en cause par le gouvernement

tsegbaya

Le RPG sur la grève du SLECG : « ce n’est pas possible les huit (08) millions »

tsegbaya