18 janvier 2020
Soleil FM

Manifestation du FNDC : un lycéen tué à Cosa

Guinée société Infos

Le Front National pour la Défense de la Constitution a mis à exécution sa menace de manifester quotidiennement dès ce lundi 13 janvier 2020. Au cours des échauffourées qui ont éclaté entre manifestants et forces de l’ordre, un jeune lycéen de 20 ans aurait été tué par balle à Cosa. Mamadou Sow faisait la TSS dans un complexe scolaire de la zone. Joint au téléphone par Thérésa Maria Segbaya, Abdoulaye Sow, le frère de la victime revient sur les circonstances dans lesquelles son jeune-frère a trouvé la mort.

« On était tous à la maison quand il (la victime) s’est réveillé et a pris sa toilette. C’est après qu’il est allé s’acheter quelque chose comme petit-déjeuner. Et c’est en ce moment qu’on lui a tiré dessus ».

Lorsque notre interlocuteur nous expliquait les circonstances de la mort de son jeune-frère, nous avons entendu des cris de détresse de personnes présentes à ses côtés. Cherchant à savoir pourquoi ces cris, notre interlocuteur nous a expliqué que des gendarmes ont envahi la clinique où se trouvait le corps. Ces forces de l’ordre étaient là pour selon eux, disperser la foule attroupée à cet endroit.

Et d’ajouter : « Lorsqu’on lui a tiré dessus, on l’a envoyé à la clinique. Même ici, les gendarmes ne nous ont pas laissé nous occuper du corps de notre parent. A chaque moment, ils venaient tirer du gaz et des balles réelles dans la clinique ».

A la question de savoir s’il y’a eu d’autres victimes face à ces tirs, Abdoulaye Sow a répondu par la négative avant de continuer :« C’est des regroupements dans la clinique qu’ils ne veulent pas ».

Pour le frère de la victime, le lycéen a rendu l’âme au lieu où il a été abattu . « Il a rendu l’âme parce que les gendarmes n’ont pas accepté qu’on s’approche de lui lorsqu’ils lui ont tiré dessus. Ils nous ont mis en garde de nous approcher de notre frère, au risque de nous faire pareil. C’est alors que le petit n’a pas pu être sauvé et a rendu l’âme ».

 

Après la clinique de Cosa qui a accueilli le corps, la Croix-Rouge l’a en fin déposé à la morgue de l’hôpital sino-guinéen de Kipé.

 

THERESA MARIA SEGBAYA

 

Articles Similaires

Kouroussa : “la population traumatisée par des forces de l’ordre à Komolakoura”

tsegbaya

Experts wants us to stop using the Terminator to talk about AI

admin

Scène horrible à Bambéto: une femme égorge mortellement son mari

tsegbaya

Viol sur mineurs et ses conséquences sanitaires : ce qu’en pense le docteur Nankouma Kéita

tsegbaya

Assainissement de la ville de  Conakry : pourquoi pas le système pollueur-payeur ?

tsegbaya

Promo tombola d’Orange Guinée: les gagnants de la troisième édition reçoivent leurs cadeaux

tsegbaya
%d blogueurs aiment cette page :