Partager
Mercredi 05 octobre : journée mondiale des enseignants

Mercredi 05 octobre : journée mondiale des enseignants

L’humanité célèbre ce mercredi la journée mondiale de l’enseignant. Le 05 octobre de chaque année, un hommage est rendu à ses formateurs pour tous les efforts consentis pour la formation des élèves. Bien que cette date passe inaperçue en Guinée, notre reporter Marie Diaré en a rencontré quelques uns.

La journée mondiale de l’enseignant est célébrée le 05 octobre de chaque année. C’est l’occasion pour les acteurs de la filière d’échanger sur les progrès réalisés tout en mettant un accent particulier sur leur condition de vie. Sékou Leno, professeur de français dans une école de la place revient sur les mérites de cette journée.

« C’est une date qui mérite considération parce que, la situation des enseignants du monde entier est lamentable. C’est une très bonne idée de consacrée une journée à l’enseignant. Il faut que nous en profitions pour rendre hommage à ces formateurs. Le développement d’une nation passe forcement par les enseignants, les ministres, préfets et autres responsables sont tous passés par l’école

Poursuivant, il pointe du doigt la responsabilité de l’Etat guinéen pour la mauvaise qualité du système éducatif. Dans le même registre, les parents d’élèves peu soucieux de la formation de leurs enfants sont aussi cités.

« Il faut reconnaitre que le système éducatif guinéen souffre. Et la responsabilité se situe à tous les niveaux, à commencé par le gouvernement jusqu’aux parents d’élèves. Il y a le laxisme de la part des autorités qui n’accordent pas assez d’importance au système éducatif. Cela s’explique d’ailleurs par le traitement des enseignants qui sont minimisés par rapport aux autres fonctionnaires. Tout dernièrement le statut particulier de la justice a été établi alors qu’il ne prend pas en compte les enseignants qui souffrent sur le terrain. »

Abdoulaye Soumah professeur de français revient à son tour sur le niveau alarmant de l’élève guinéen.

« Il arrive qu’on trouve dans des classes de dixième année, des élèves qui sont incapables d’écrire une phrase correcte. Et, ces élèves arrivent à décroché le brevet par des moyens illégaux. L’Etat devrais prendre toutes ses responsabilités pour améliorer le système éducatif guinéen.»

Bonne fête donc aux enseignants du monde entier !

Marie DIARE