Soleil FM
  • Accueil
  • santé
  • Mercy ship à Conakry : le palais du peuple envahi par des malades
Infos santé

Mercy ship à Conakry : le palais du peuple envahi par des malades

La phase d’enregistrement des soins du bateau médicalisé Mercy ship a débuté ce lundi. Pour la zone spéciale de Conakry, c’est le palais du peuple qui a servi de cadre à cette opération d’enrôlement des malades. Pendant six mois, mercy ship apportera des soins aux malades guinéens des quatre coins du pays.

En provenance de Genève la capitale Suisse, le bateau médical mercy ship est en Guinée pour la quatrième fois. Depuis 2014, ce bateau apporte des soins en chirurgie et autres maladies à des milliers de guinéens.  Sophie Corsey, la directrice du service préparatoire explique : « Les maladies traitée,s c’est vraiment des maladies chirurgicales. il s’agit des maladies maxillo-faciales, c’est des tumeurs au niveau de la tête, au niveau du coud.  Des opérations orthopédiques pour des enfants jusqu’à seize ans, des déformations des jambes; des opérations plastiques, c’est des graves brûlures  et cela provoque des contractures  au niveau des cicatrices. On fait des opérations ophtalmiques, c’est des yeux  et puis des opérations gynécologiques pour des femmes qui ont eu des accouchements très longs. Egalement des opérations de type général, c’est les lipomes ou des goitres ».     

Pour la zone spéciale de Conakry, mille personnes pré-sélectionnées bénéficieront des soins gratuits. Youssouf Bangoura est l’un des présélectionnés. « A cinq heures du matin, j’étais déjà là. Donc environ trois heures de temps, on m’a visité et on m’a programmé pour le jeudi 23 août  ».

Au palais du  peuple, l’on a assisté ce lundi à un désordre total. Des patients éparpillés ça et là, se bousculaient avec les forces de l’ordre, précisent  des patients très en colère. « L’organisation est très mal faite. On ne peut pas enrôler des milliers de personnes à un seul coin. L’attitude des gendarmes  sur les patients est déplorable. Il y’a des dizaines de personnes qui sont alitées par les bousculades »; « Normalement on devrait informer les gens c’est-à-dire les maladies qu’ils soignent, tous ceux qui n’ont pas ces maladies ne doivent pas être là. Il y’a des gens qui ont de l’hémorroïde, de la gastrique, du diabète etc. Et malheureusement tous ces gens là ne seront pas traités ».

 

Pour rappel, ce bateau est arrivé au port de Conakry le 11 août dernier. Après Conakry, il  déploiera ses services dans le pays profond dans les jours à venir.

                                                                                      

Elisabeth Haba

 

 

 

Articles Similaires

Gouvernement –Syndicat des enseignants : le SLECG suspend sa participation aux négociations

tsegbaya

Mamaya 2018 : cette activité peut développer Kankan !

tsegbaya

Présidentielle au Mali : à qui le fauteuil ?

tsegbaya