Partager
Le ministère de l’action sociale guinéen conduit par Dame Sanaba Kaba est un véritable obstacle pour l’émancipation des personnes handicapées, selon Ibrahima Diané, président de l’AFHAG

Le ministère de l’action sociale guinéen conduit par Dame Sanaba Kaba est un véritable obstacle pour l’émancipation des personnes handicapées, selon Ibrahima Diané, président de l’AFHAG

« Lutter contre la mendicité et donner la valeur aux personnes handicapées en Guinée », c’est l’objectif principal que s’est assignée l’AFHAG, l’Association pour le Futur des Handicapés de Guinée. Une structure composée de personnes handicapées qui a son siège à Matoto BONAGUI. Ils sont entre autres cordonniers, couturiers et percussionnistes sous la couverture d’Ibrahima Diané, président et fondateur de cette ONG. Depuis le 03 novembre 2012, l’Etat guinéen ne s’est jamais donné la moindre peine de leur venir en aide, eux qui contrairement à beaucoup de handicapés ont préféré embrasser un métier au lieu de mendier.

Ils logent pour la plupart loin du centre Abou Foté qui les accueille tous les matins. Un local qu’ils occupent depuis la création de l’association en novembre 2012 sous une auto-dépendance pénible. Ils veulent montrer à la face du monde que le handicap n’est pas synonyme de mendicité et que le handicapé ne doit surtout pas se diaboliser à cause de son état physique.

Cette association demande à la direction de la protection sociale de prendre en main ses prérogatives tout en laissant de côté les beaux discours, Dans cette interview ci-dessous avec Soleil FM Guinée, Ibrahima Diané s’accentue sur leur condition de vie et la démission totale du département en charge des personnes handicapées.

 

THERESA MARIA SEGBAYA