19 mai 2019
Soleil FM

« Mon cœur m’a dit, “tu t’es bien reposé” » : Zinédine Zidane revient sur le banc du Real Madrid

Infos sport

L’ancien n° 10 des Bleus a été nommé lundi à la tête de l’équipe madrilène, en remplacement de Santiago Solari.

En temps de crise, on se tourne vers des valeurs refuge. Pour le Real Madrid, Zinédine Zidane est de celles-là. Neuf mois après son départ surprise, le Français retrouve déjà le banc madrilène. Lundi 11 mars, son retour aux commandes d’une équipe en crise, ridiculisée sur son terrain par l’Ajax d’Amsterdam en huitièmes de finale retour de la Ligue des champions, a été annoncé par le club : son nouveau contrat court jusqu’en 2022.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi  Zinédine Zidane, entraîneur libre

« C’est un plus gros défi, c’est une deuxième fois », a expliqué l’ancien joueur madrilène lors d’une conférence de presse, donnée depuis le club quelques heures après l’annonce de son retour par un communiqué : « Le comité directeur a décidé de la nomination de Zinédine Zidane comme entraîneur du Real Madrid avec effet immédiat, pour la fin de cette saison et les trois suivantes, jusqu’en juin 2022 », expliquait le texte. « Mon cœur m’a dit, tu t’es bien reposé », a notamment déclaré Zinédine Zidane :

« On vient de me demander : “Est-ce que tu ne prends pas un risque ?” Mais si on regardait ça, je ne serais pas revenu. Il n’y a pas que le fait de revenir, je suis animé par autre chose, c’est un deuxième projet pour moi, pour le club. Je vais relever le défi, parce que j’en ai envie profondément, j’ai envie de nouveau d’entraîner. »

Le champion du monde en 1998 devient le troisième entraîneur du Real Madrid cette saison : après Julen Lopetegui, évincé quatre mois après sa prise de fonctions et qui avait pris la succession de Zidane, Santiago Solari fait les frais de la machine à broyer les entraîneurs qu’est le club de la capitale.

Eliminé en Coupe du roi par le Barça (0-3), à douze longueurs du rival catalan en championnat et hors course en Ligue des champions, le Real Madrid a perdu, en une semaine, toute chance de trophée cette saison.

Trois Ligue des champions

Nommé en janvier 2016, « Zizou » a remporté trois Ligue des champions (et un championnat d’Espagne) en autant de saisons avant de tirer sa révérence, selon ses propres termes. « C’est épuisant d’être entraîneur, et encore plus au Real Madrid », relatait le technicien français la saison passée, avant de quitter la « Maison blanche », justifiant son désir de « débrancher la prise ».

Sa déconnexion aura duré neuf mois. Une période difficile pour son club, en fin de cycle et également orphelin de son meilleur buteur historique, Cristiano Ronaldo, parti à la Juventus de Turin. Annoncé dans la plupart des grands clubs européens en crise, l’ancien no 10 des Bleus s’est fait discret. Et a finalement accepté d’écourter son année sabbatique sur la requête de son ami Florentino Pérez, pour tenter de relever une situation fort mal embarquée.

 

« Le Real Madrid, c’est sa maison, il sera toujours le bienvenu », insistait Florentino Pérez le jour de la démission surprise de celui qu’il considère comme son fils spirituel. « Sans doute que, d’ici peu, je vais entraîner de nouveau, parce que c’est ce que j’aime et c’est ce que j’ai fait toute ma vie », imaginait alors son ancien protégé, à ses côtés en conférence de presse. Zidane devrait inaugurer dès mardi son nouveau poste en dirigeant son premier entraînement. Il devrait toutefois être dispensé de la visite des installations.

 

Source : Le Monde

Articles Similaires

Guinée : une bombe atomique en ébullition, selon un psychologue à Londres !

tsegbaya

Samedi 08 décembre /acte IV des «Gilets jaunes» : l’Elysée craint « une très grande violence »

tsegbaya

Travaux publics : le ministre Moustapha Naité compte construire deux grands échangeurs au Kilomètre 36 et à Kagbelen

tsegbaya

Guinée: Un financement de 16, 25 millions de dollars de la BISD pour stimuler la production de riz

tsegbaya

An 60 de l’indépendance : Alpha Condé à Kaloum pour le dépôt de la gerbe de fleur à la place des martyrs

tsegbaya

Suspension de la grève du SLECG : le ministre Abdoulaye Yéro a-t-il vraiment cédé aux menaces ?

tsegbaya