Soleil FM
  • Accueil
  • Guinée société
  • « Notre SLECG ne va jamais se désaffilier de l’USTG car enfanté par lui », dixit Kadiatou Bah, secrétaire générale du SLECG
Guinée société Infos

« Notre SLECG ne va jamais se désaffilier de l’USTG car enfanté par lui », dixit Kadiatou Bah, secrétaire générale du SLECG

Le bureau exécutif national du SLECG version Kadiatou Bah annonce leur entrée à l’Union Syndicale des travailleurs de Guinée (USTG). L’annonce a été faite ce jeudi au cours d’un point de presse à la maison commune aux journalistes.

Après la sortie médiatique du SLECG version Aboubacar Soumah en début de semaine,  c’est au tour du bureau  exécutif national du SLECG version Kadiatou Bah de se faire entendre.  « Nous ne comprenons donc pas pourquoi tout ce tohu-bohu est fait  depuis plusieurs mois pour saper les bases du SLECG et de l’USTG, sa centrale affiliée. Nous rappelons que le SLECG, notre SLECG ne va jamais se désaffilier de l’USTG car enfanté par lui », dixit Kadiatou Bah.

Elle a déploré l’occupation illégale des bureaux du SLECG par l’équipe d’Aboubacar Soumah. « Nous considérons dès cet instant que ces intéressés doivent déguerpir très rapidement des lieux. Nous noterons que depuis janvier  2018, nous avons engagé une procédure judiciaire contre ce groupe pour vol,  viol de nos droit, faux et usage de faux. Nous considérons tout ceci comme étant une autre atteinte à nos droits fondamentaux ».

 

Pour finir, la secrétaire générale a laissé entendre que le siège du SLECG n’a pas été cambriolé. C’est plutôt Aboubacar Soumah (secrétaire général aussi du SLECG) qui a envoyé des loubards  pour attaquer  le camp de la nouvelle secrétaire générale, selon cette dernière.

                                                                                                                        

Elisabeth HABA

 

Articles Similaires

Assemblée générale du RPG : le parti demande à tous les guinéens de prôner la paix

tsegbaya

Destitution de Kèlèfa Sall – l’opposition et la société civile annoncent des actions pour stopper ce coup de force…

tsegbaya

Financement libyen: le fils de Kadhafi accuse encore Nicolas Sarkozy

tsegbaya