17 février 2020
Soleil FM

Présidentielle en Guinée-Bissau: la Cour suprême demande de contrôler le résultat national à partir des procès-verbaux régionaux

Afrique Infos

À Bissau, la Cour suprême demande une « vérification » des résultats de la présidentielle de fin décembre. La Commission nationale des élections avait annoncé vendredi des résultats présentés comme définitifs. Selon la Commission, Umaro Sissoco Embalo a remporté le scrutin, ce que conteste Domingos Simões Pereira, le candidat du PAIGC, le parti historique. Mais dans son arrêté du 17 janvier, la Cour suprême a statué qu’une vérification au niveau national s’imposait.

L’arrêté de la Cour suprême est une réponse à une demande d’éclaircissement présentée par les avocats du perdant, Domingos Simoes Pereira.

Les juges apportent donc des précisions à leur arrêté du week-end dernier. Vendredi, la Cour suprême a appelé à « l’apuramento », littéralement une « vérification » du procès-verbal global par la Commission nationale des élections.

Concrètement, selon une source proche de la Cour suprême, il s’agit de contrôler le résultat national à partir des procès-verbaux régionaux.

Dans une interview accordée à l’agence Lusa, depuis Lisbonne où il se trouve, Umaro Sissoco Embalo a estimé que la Cour suprême avait dit clairement que la Commission nationale électorale était la seule compétente pour publier les résultats de la présidentielle.

De son côté, l’ex-parti au pouvoir demande un recomptage des votes. Le Madem, le Mouvement pour l’alternance démocratique, y est opposé. Pour l’un de ses vice-présidents, l’ancien ministre des Affaires étrangères Aristides Ocante Da Siva, l’affaire « est close ».

“C’est une folie. Le recomptage n’est pas prévu par la loi. Le candidat du PAIGC veut être président à tout prix. Mais il sait très bien que le recomptage n’est pas autorisé par la loi. Monsieur Simoens Pereira veut faire croire à un imbroglio entre la Commission nationale électorale et la Cour suprême. La seule instance autorisée à se prononcer sur les résultats électoraux définitifs est la Commission nationale électorale. Aucune autre instance n’est habilitée à proclamer le vainqueur. Le PAIGC et son candidat, Domingos Simões Pereira, savent très bien que la Commission nationale des élections s’est déjà prononcée. Elle a déjà proclamé le vainqueur ! Umaro Sissoco Embalo est le président ! Il n’y a aucune ambiguïté possible. Le PAIGC fait preuve de mauvaise foi. Ce sont des mauvais perdants”, dira-t-il.

 

Source : RFI

Articles Similaires

49ème anniversaire de l’agression impérialo-portugaise en Guinée !

tsegbaya

Semaine Mondiale de l’allaitement maternel : d’où vient-elle ?

tsegbaya

Ibrahima Kassory Fofana : « la protection sociale ne doit pas être un luxe à la portée d’une frange limitée aux dépens de l’importance de la masse populaire »

tsegbaya

1er mai : quand les syndicalistes “mômes” se ridiculisent au palais du peuple !

tsegbaya

Les femmes du FNDC dans la rue contre les “tueries” pendant les manifestations

tsegbaya

Le RPG sur la grève du SLECG : “ce n’est pas possible les huit (08) millions”

tsegbaya
%d blogueurs aiment cette page :