Soleil FM
  • Accueil
  • Guinée économie
  • Prix du carburant /Grève des syndicalistes : « si on ferme l’aéroport, on perd des milliers de dollars par jour », dixit un citoyen
Guinée économie Infos

Prix du carburant /Grève des syndicalistes : « si on ferme l’aéroport, on perd des milliers de dollars par jour », dixit un citoyen

L’inter central CNTG USTG annonce d’arrêter les activités portuaires et aéroportuaires ce jeudi 02 août si toutefois le gouvernement ne baisse pas le prix du carburant à la pompe à 8000 gnf. Cette décision semble être partagée à la société de gestion et d’exploitation de l’aéroport   de Conakry SOGEAC.  Les travailleurs se disent prêts à respecter le mot d’ordre de grève. 

La société de gestion et d’exploitation de l’aéroport de Conakry SOGEAC décide d’aller en grève à partir du 2 août 2018.  Mamady Kaba, Secrétaire administratif de la SOGEAC affirme : « nous sommes affiliés à un secteur de transport qui est lui aussi affilié à la SOGEAC. Nous ne pouvons pas aller à la grève sans consulter la base, c’est cette base qui nous a instruit, une hiérarchie qui nous a mandaté de décréter cette grève. »

 

L’aéroport est un lieu stratégique et d’ouverture sur l’extérieur, cette décision d’aller en grève inquiète les citoyens. C’est le cas de Koliba Koivogui. « Je pense que ce n’est pas une bonne décision pour le pays, puisque l’aéroport constitue une ouverture pour le pays vers l’extérieur. Donc si toutefois le pays est fermé, ce n’est pas bon. L’aéroport et le port sont des portuaires pour un pays, le dialogue est bon pour nous tous. Je préfère que le gouvernement et les syndicats se mettent autour de la table pour qu’on trouve une solution », plaide-t-il.

Cette annonce d’arrêt des activités aéroportuaires coïncide au pèlerinage des musulmans à la Mecque. Sékou Sangaré, citoyen vivant à Gbessia invite les syndicats à surseoir à la grève. « Comme c’est le moment du pèlerinage à la Mecque, il faut patienter pour donner du temps aux pèlerins de faire leur pèlerinage dans la paix. Après le pèlerinage, ils peuvent décider autres choses, nous les acceptons, parce que c’est une affaire de tous. L’Etat aussi doit revoir la situation parce qu’il est là pour le peuple. »

 

Pour un dénouement de la crise, Mamady Kaba précise que les syndicalistes sont ouverts pour une franche négociation. « D’ici ce jour, peut-être il y’aura une solution, parce que l’aéroport est un secteur stratégique, une porte d’entrée. Si on le  ferme, on perd des milliers de dollars par jour. Notre porte est grandement ouverte pour la négociation.»

 

A noter que la SOGEAC qui décide d’aller en grève à partir du 02 août 2018, est chargé de la gestion de l’aéroport.

 

Lansana Condé

Articles Similaires

CNTG-USTG : « Nous viendrons autour de la table à chaque fois que nous sommes invités par le gouvernement « 

tsegbaya

Rwanda : Boniface Twagirimana s’est évadé de la prison de Mpanga

tsegbaya

An 60 de l’indépendance : Alpha Condé à Kaloum pour le dépôt de la gerbe de fleur à la place des martyrs

tsegbaya