Partager
Professeur Alpha CONDÉ veut porter plainte dans l’affaire Bolloré

Professeur Alpha CONDÉ veut porter plainte dans l’affaire Bolloré

Le Président guinéen, Professeur Alpha Condé a annoncé hier  jeudi 3 mai son intention de déposer une plainte en France pour « dénonciation calomnieuse » dans «L’affaire Bolloré».

L’homme d’affaires français est  mis en examen concernant les chefs d’inculpation sont les conditions de l’obtention de son installation au PAC (Port Autonome de Conakry) , ce sont :« corruption d’agent public étranger », « complicité d’abus de confiance » et  « faux et usage de faux ». Par décret présidentiel en mars 2011, la concession du terminal à conteneurs du Port Autonome de Conakry  fut  attribuée  au groupe Bolloré.

Le Président  CONDÉ ne s’était pas encore exprimé ouvertement concernant cette affaire. Il l’a fait devant les journalistes réunis à l’occasion de la journée mondiale pour la liberté de la presse. Tandis que le Ministre guinéen de la Justice quant à lui  avait assuré que la Guinée allait « collaborer avec la France » dans cette affaire.

Le Président guinéen a fustigé le récent classement fait par Reporters Sans Frontières où  la Guinée figure à la 104ème place, ce qui est dû au fait que, des journalistes guinéens ternissent  l’image du pays.  Par exemple dans  la récente mise en examen de Vincent Bolloré.

Il déclare que : « Aucun de vous n’a cherché ici à savoir quelle est la vérité, a lancé Alpha Condé. Je vais porter plainte en France pour dénonciation calomnieuse. J’ai décidé de porter plainte, mais vous qu’est-ce que vous faites ? Vous continuez à casser l’image du pays».

La première autorité guinéenne n’a donné aucune précision concernant : Quand et contre Qui portera-t-il plainte ? Maître Boucounta DIALLO, l’un des avocats du Président guinéen déclare que :

« Il faut d’abord être certain d’obtenir une décision définitive des juridictions françaises qui pourraient aller dans le sens d’innocenter les personnes qui étaient visées, explique. A partir de là, ces personnes sont fondées à poursuivre en justice pour dénonciation calomnieuse les auteurs de cette plainte. Mais il est nécessaire de disposer des éléments du dossier qui, pour le moment, à cause du secret de l’instruction, sont forcément indisponibles ».

Mais cette  action n’est possible que si la plainte est rejetée, classée sans suite ou que les accusés sont blanchis au terme d’une procédure qui peut durer plusieurs années.

« Il faut que nous puissions faire des auditions. Des auditions publiques pour que les Guinéens soient informés de ce qui se passe et de comment est-ce que l’on a bradé toutes ses activités pour des intérêts peu honorables » a déclaré Ousmane Gaoual DIALLO, Député de l’UFDG quant à lui  qui demande une enquête parlementaire sur l’affaire Bolloré.

Source/RFI

Laissez un commentaire