Soleil FM
Guinée économie Infos

Quel avenir pour l’exploitation artisanale du diamant en Guinée ?

Les acteurs du sous-secteur des mines se sont réunis ce jeudi dans les locaux de l’Union Nationale des Diamantaires et Orpailleurs de Guinée (UNADOR) pour discuter de l’avenir de leur profession.  Une rencontre qui a connu la participation des acteurs étatiques, des comptoirs de diamants et des partenaires techniques et financiers.

L’exploitation artisanale du diamant se porte mal à en croire les artisans de cette corporation. Ils se plaignent de la rareté du minerai, du manque d’encadrement de la part de l’Etat. En guise de rappel, cette activité est présente dans le pays depuis 1956, employant ainsi une tranche importante des jeunes dans les localités propices en minerai de diamant. A l’avènement du président Alpha CONDÉ à la magistrature suprême du pays, des reformes ont été engagées notamment dans ce sous-secteur des mines qui contribue au refouillement des caisses de l’Etat en devise étrangère, gage d’une stabilité économique et de  gestion des inflations.

L’une des actions des reformes ont conduit à la parcellisation des domaines dans les localités comme Banankoro et l’octroi des permis d’exploitations à des opérateurs économiques guinéens. Qui de nos jours occupent selon les exploitants artisanaux, les pistes énormes et propices à leurs activités et ce, au détriment des communautés ayant pour seule activité, l’exploitation artisanale du diamant.  Cet état de fait désole à plus d’un titre l’Union Nationale des Diamantaires et Orpailleurs de Guinée (UNADOR) et ses collaborateurs.

Selon le représentant des comptoirs de diamant à cette rencontre, leur activité connaît une baisse ces dernières années. Il affirme que pour l’année 2018, il a enregistré une perte de  70% de ses activités et cela à cause de cette rareté de la pierre précieuse et du coût élevé des taxes.

Le représentant de la corporation Aly BERETE, président de l’Union Nationale des Diamantaires et Orpailleurs de Guinée (UNADOR) a tenu à rappeler au représentant de l’Etat que  sa corporation sollicite une nouvelle parcellisation propice à l’exploitation, l’accompagnement des diamantaires par la formation mais aussi l’organisation d’une journée nationale consacrée à l’activité des diamantaires.

Au nom du ministère des mines et de la géologie, Vaféré Coulibaly, directeur adjoint des mines s’est réjoui de cet espace de concentration qui contribuera à trouver des solutions aux problèmes du secteur diamant. Selon lui, il s’agit d’une responsabilité commune et partagée. Il a tout de même signifié que l’Etat met tout en œuvre pour trouver des fonds afin d’approfondir la prospection géologique, pour être  à mesure de détecter et parcelliser des pistes propices.

 

Golota Raphael LAMAH

Articles Similaires

Thaïlande: 9ème et 10e enfants évacués, course contre la pluie pour les derniers

admin

coalition guinéenne pour la cour pénale internationale demande l’indemnisation des victimes du 28 septembre 2009

tsegbaya

Grande mosquée Fayçal : Imam El hadj Abdoulaye BAH : « nous sommes tous de la même famille » 

tsegbaya