19 mai 2019
Soleil FM

Qu’est-ce que le mardi gras ?

Cultures Infos

Mardi 5 mars, c’est mardi gras ! Pour les catholiques, c’est surtout le jour qui précède le mercredi des cendres et l’entrée en Carême.

Mercredi 6 mars commence le Carême et avec lui la période de quarante jours marquée par le jeûne et l’abstinence qui conduit à la fête de Pâques. Mais avant ce mois de retenue, il est devenu tradition de fêter mardi gras, jour d’abondance. En France, on en profite d’ailleurs pour manger des crêpes, des beignets, des bugnes, des oreillettes ou tout autre dessert frit et sucré.

Traditionnellement, il s’agit d’épuiser les réserves d’œufs et de produits gras que l’on ne pourrait pas manger pendant le temps de pénitence du Carême et qui risquaient de se perdre. Dans certains pays, les enfants déguisés vont même de porte en porte pour récupérer des œufs.

Associé à Pâques, le mardi gras tombe chaque année entre début février et début mars. Le mardi gras n’est pourtant pas une fête liturgique comme le rappelle Croire.com. Il trouve d’ailleurs son origine bien avant le christianisme. « La fête du mardi gras date du temps des Romains, rapporte Croire. La fête romaine s’intitulait les calendes de mars. À ce moment de l’année, les Romains célébraient le réveil de la nature par des rites agraires. » Il s’agissait de marquer la fin de l’hiver et le retour du printemps pour les cultures.

La fin du carnaval

La date symbolise aussi la fin du carnaval, période de célébrations et d’excès. Pendant plusieurs jours, généralement au moins le week-end précédent, jeunes et moins jeunes se déguisent, défilent dans les rues, dansent et jouent de la musique. Par cet aspect, on peut rapprocher mardi gras de la mi-Carême, célébration plus récente qui marque la moitié du Carême.

Un célèbre tableau du peintre flamand Pierre Brueghel l’Ancien montre cette opposition entre le faste du mardi gras et l’austérité du Carême. « Le Combat de Carnaval et de Carême », daté du XVIe siècle, représente à gauche une auberge festoyante, avec fromages et tonneaux et des habitués à la panse tendue ; et à droite une chapelle avec des fidèles. Deux « chars » se font face : celui du Carnaval avec un personnage ventru sur un tonneau qui brandit une brochette de viande ; et celui du Carême avec un pénitent en bure qui brandit deux maigres poissons.

 

Source : La Croix

Articles Similaires

Dakar : les jeunes appellent les pays du Partenariat de Ouagadougou à développer des politique de santé inclusive

tsegbaya

Prix du carburant : syndicats et gouvernement ne se lassent point de rencontres !

tsegbaya

Le droit d’auteur sur le numérique enterré par le Parlement européen

admin

La plupart des sous-officiers impliqués dans le putsch ont reçu de l’argent

tsegbaya

11 septembre : Journée mondiale de lutte contre le terrorisme

tsegbaya

Centre de vote de l’école du centre à Kaloum : Réactions des électeurs sénégalais

tsegbaya