25 août 2019
Soleil FM

Rapport RSF : « Le nouvel ordre mondial des médias selon la Chine »

Infos Monde

Dans un rapport d’enquête intitulé « Le nouvel ordre mondial des médias selon la Chine », Reporters sans frontières (RSF) dévoile la stratégie déployée par Pékin pour contrôler l’information hors de ses frontières, un projet qui menace la liberté de la presse dans le monde. 
La Chine, placée au 176e rang sur 180 au Classement 2018 de la liberté de la presse publié par Reporters sans frontières (RSF), étend chaque jour son emprise hors de ses frontières pour imposer son vocabulaire « idéologiquement correct », dissuader les critiques et tenter d’occulter les chapitres noirs de son histoire. Ce projet, moins connu que celui des nouvelles routes de la soie, mais tout aussi ambitieux, menace directement la liberté de la presse dans le monde.

C’est ce que révèle RSF dans son rapport d’enquête intitulé « Le nouvel ordre mondial des médias selon la Chine », disponible sur son site rsf.org en versions française, anglaise et chinoise. L’ONG y détaille la stratégie déployée par l’appareil d’État chinois pour parvenir à ses fins : modernisation de son outil audiovisuel extérieur, achat massif de publicités, infiltration des médias étrangers… mais aussi chantage, intimidation et harcèlement à une échelle quasi-industrielle.

« Dans l’esprit du régime de Pékin, les journalistes n’ont pas vocation à être un contre-pouvoir mais au contraire à servir la propagande des États,déclare Christophe Deloire, secrétaire général de RSF. Si les démocraties ne résistent pas, Pékin fera en sorte d’imposer son anti-modèle et la propagande “à la chinoise” envahira peu à peu les médias du monde, faisant concurrence au journalisme tel que nous le connaissons. »

« Former son esprit critique à Pékin »

En une décennie, la Chine a massivement investi pour moderniser sa communication : le groupe audiovisuel CGTN est désormais diffusé dans 140 pays et la radio RCI couvre 65 langues. Le régime est parvenu à convaincre des dizaines de milliers de journalistes de pays émergents d’aller « former leur esprit critique » à Pékin, tous frais payés, en échange d’une couverture de presse favorable. Quant aux médias de la diaspora chinoise, autrefois critique du régime, ils ont presque tous été rachetés et intégrés à l’appareil de propagande du Parti communiste chinois (PCC).

Pékin exporte aussi ses outils de censure et de surveillance, dont le moteur de recherche Baidu et la messagerie instantanée WeChat, et encourage les États autoritaires à copier ses réglementations répressives, une stratégie particulièrement efficace en Asie du Sud-Est.

Violence et intimidation

Pékin fait enfin appel à l’intimidation et à la violence pour faire taire les voix dissidentes, y compris dans les démocraties. Des journalistes indépendants aux rédactions des grands médias, des maisons d’édition aux plateformes des réseaux sociaux, plus aucun maillon de la chaîne de production de l’information n’est désormais à l’abri de la « main invisible »de Pékin. Les ambassadeurs de Chine eux-même n’hésitent plus à monter au créneau, de manière assez peu diplomatique, pour dénigrer les articles de presse qui remettent en question le narratif officiel. Face à ces attaques, les démocraties peinent encore à réagir.

 

RSF (Reporters Sans Frontières)

Articles Similaires

Grève du SLECG: la signature du protocole d’accord n’a pas eu lieu ce lundi

tsegbaya

LE PREMIER MINISTRE IBRAHIMA KASSORY FOFANA SUR LE CHANTIER DE L’HÔPITAL NATIONAL DONKA

tsegbaya

Kipé 2 : l’Etat y rase tout ! (Vidéo)

tsegbaya

Déguerpissement : les citoyens de Kipé 2 toujours dans l’amertume !

tsegbaya

Sit-in des enseignants devant la DCE de Ratoma pour réclamer leurs salaires gelés

tsegbaya

Sit-in des forces vives jeudi 27 septembre à la cour constitutionnelle

tsegbaya
%d blogueurs aiment cette page :