17 juillet 2019
Soleil FM

Santé : les médicaments traditionnels ont une dose, selon une tradi-praticienne

Infos santé

Les médicaments traditionnels de nos jours semblent être ignorés d’un grand nombre de la population. Est-ce par crainte de ses effets ou à cause de l’efficacité des produits des pharmacies modernes ?

«Parler de la pharmacopée, c’est parler des plantes, c’est parler de la sève, des feuilles et des écorces des plantes. Les plantes à l’état naturel qui ne sont pas transformées en comprimés.

La pharmacopée c’est faire bouillir les plantes, les sécher, les réduire en poudre. C’est encore se soigner avec les plantes en prenant un bain de vapeur après les avoir fait bouillir, boire une décoction de plantes, laper la poudre ».

 Voici ce que sont les médicaments traditionnels, selon Mamady Daman Traoré, président de la fédération guinéenne d’association des guérisseurs traditionnels et herboristes.

Autrefois, ces produits étaient reconnus comme les meilleurs remèdes à toutes maladies. Ce qui faisait leur importance. « Ils ont beaucoup d’importance, ces médicaments traditionnels guérissent le paludisme, la typhoïde et tant d’autres maladies. Pour certains malades qui ont le paludisme, les maux de tête, la courbature, dès qu’ils boivent les feuilles bouillies et qu’ils vomissent, la santé reprend place. Pour ceux qui ne vomissent pas, ils peuvent rester constiper », confie Kadiatou Camara, revendeuse à la cité enco5 .

La pharmacopée et la pharmacie moderne sont complémentaires, mais la première est meilleure, selon cette dame, Maciré Camara,  venue acheter des plantes médicinales pour un membre de sa famille gravement malade. «  Nous sommes allés à l’hôpital, il a pris les sérums, nous avons acheté les médicaments mais jusqu’à présen, rien ne va. On s’oriente alors vers les traditionnels car ils ont l’habitude de nous soulager. Toute fois pour se compléter, il y a d’autres médecins qui disent d’aller à la pharmacopée et vice-versa. C’est pour cela que je suis là ».

Alphonse Zoumanigui citoyen de Lambanyi, lui, ne voit aucunement l’utilité de la pharmacopée« Ce n’est que des ennuis, les médicaments traditionnels. Ceux qui  prétendent  se soigner avec ça finissent toujours par aller à l’hôpital. Moi  je ne vois aucune dose à ces médicaments, tout est regroupé, rien n’est différencié pour savoir ce que tu dois prendre par jour ».

Pour ceux qui croient que l’administration des médicaments traditionnels est sans doses, Kadiatou Camara répond «  Ces médicaments ancestraux après la préparation, tu bois trois fois à la main droite, de même pour celle de gauche. Pour les enfants, on doit juste leur donner un peu car nous n’avons pas les mêmes digestions. Pour ceux qui croient que les médicaments traditionnels sont sans dose, c’est complément faux ».

Malgré l’importance de la pharmacopée, tout examen est nécessaire avant de toucher à n’importe quel remède, nous a confié la tradi-praticienne.

 

Aminata Camara

 

 

 

Articles Similaires

Les ministres de certains des plus grands pays africains producteurs de pétrole et de gaz se réunissent au Cap pour discuter de l’avenir de l’industrie de l’énergie

tsegbaya

Lancement officiel de l’atelier de réalisation du Répertoire opérationnel africain des métiers et des emplois (ROAME)

tsegbaya

18 personnes périssent dans un accident mortel à Kouloundala !

tsegbaya

Béatrice Daubige Dupontou : élevée au grade de juge consulaire au tribunal du commerce

tsegbaya

Présidentielle au Sénégal : confusion autour des résultats

tsegbaya

tsegbaya