Soleil FM
Guinée société Infos

Santé publique : Des poulets pourris ramassés au dépotoir de Dar-es-Salam

Suite aux informations circulant sur les réseaux sociaux faisant cas de ramassage des poulets impropres à la consommation par certains citoyens de Conakry au dépotoir d’ordures de Dar-es-Salam, notre reporter s’y est rendu jeudi 21 mai pour un Constat.  Selon des riverains trouvés sur place,  ces informations sont fausses.  Une version que le chef dudit quartier rejette en bloc.

Pourtant c’est une information qui fait la une des réseaux sociaux. Sur les images, l’on constate des femmes venues se procurer de poulets impropres à la consommation, jetées au dépotoir d’ordures de Dar-es-Salam. Pour ce riverain qui a requis l’anonymat, ce sont des fausses informations qui circulent « Dans ces jours-ci, on envoie des poulets impropres à la consommation. Mais  on a creusé  des puits pour les jeter dedans en présence des forces de sécurité. Personne ne les a ramassés. Ceux qui disent qu’on les a pris, mentent. Ce sont des saboteurs. » a-t-il soutenu.

Dans les soucis de traiter convenablement cette information, nous avons joint le président du conseil de quartier de Dar-es-Salam. Selon lui, il y a bel et bien des citoyens qui se sont livrés à cette pratique, niant ainsi, les propos de notre précédent interlocuteur « quand on amène les poulets pourris au dépotoir d’ordures de Dar-es-Salam, on ne les enterre pas comme avant. On met à l’air libre et les femmes viennent s’en procurer. Je ne savais même pas qu’on a déposé les poulets là-bas, c’est à la télé j’ai vu.  Mais quand ça vient les gens s’en servent » a affirméCharles Damba 

Pour le bien-être de la population, le président du conseil de quartier de Dar-es-Salam, demande à l’Etat et à la société qui gère ce grand dépotoir, de prendre des mesures, avant d’assister au pire « il faut que l’Etat prenne des dispositions là-bas, quand on amène ces poulets on ne nous informe pas. Ce n’est pas nous qui gérons ce dépotoir, c’est une société qui s’en charge » a suggéré le président du conseil de quartier.

En attendant que des mesures ne soient prises, les citoyens devront donc jouer à la carte de prudence, quand on sait que c’est la santé publique qui est menacée.

Lansana Condé

Related posts

A Home So Uncluttered That It Almost Looks Empty

admin

Des armes de guerre saisies par la DPJ : des militaires pointés du doigt par les coupables

soleilfm935

« Le sounakhati : le sacrifice digne d’une personne de bonne foi », selon les islamologues

tsegbaya