12 novembre 2019
Soleil FM

SENACIP 2018 : le respect de la personne humaine et sa dignité est obligatoire !

Guinée politique Infos

« 60 ans d’indépendance, une obligation de mémoire citoyenne », c’est le thème de la semaine de la citoyenneté et de la paix-2018. Sur toute l’étendue du territoire guinéen, des campagnes de sensibilisations à travers des conférences de presse, des panels, des porte-à-porte, des émissions radiophoniques, …; bref des actions sur le terrain sont visibles et vont continuer jusqu’au 23 décembre prochain. La citoyenneté en Guinée, qu’en-est-il réellement ?

Beaucoup de personnes estiment que parler de citoyenneté en une semaine est sans effet. Pour elles, seule la justice équitable est la solution aux maux qui perdurent en Guinée. S’il n’y a aucune sanction contre des gens qui donc méritent de l’être, rien ne bougera, estiment-ils.

Plus loin, d’autres diront que les droits des guinéens sont bafoués. Et c’est la raison de leur frustration. Ils pensent que les droits de l’Homme doivent s’appliquer de la même manière à tout le monde sans distinction de race, de religion ou encore  des lieux géographiques. Ces droits  sont donc universels. Pour Ibrahim DIANE, juriste et activiste de la société civile, le combat pour la promotion et la protection des droits de l’homme doit être permanent : « Il y’a 70 ans que le droit a été proclamée  par les Nations-Unies et c’est une conquête de tous les jours. On est interpellé à un monde de justice, à un monde d’abord où on est tous égaux de par nos droits et devoirs, dans un monde où on peut vivre dignement où que ce soit dans ce monde avec plus d’égalité, plus de justice. Nous sommes face à un droit positif et qui change, qui s’améliore, hier et aujourd’hui, ce n’est pas la même chose mais reconnaissons qu’il y a des insuffisances. Les lois, on ne les invente pas, on les crée à travers les valeurs. Si une loi ou un droit met en danger la quiétude sociale, la vie des citoyens, il faut chercher soit à l’annuler soit à l’améliorer. »

Si l’homme a des droits il aussi des devoirs. C’est d’ailleurs les qualités d’un bon citoyen. C’est pourquoi  Ibrahim Diané estime que le respect de la personne humaine et sa dignité est obligatoire : « Les devoirs, c’est d’abord se sentir citoyen guinéen, se sentir citoyen du monde. Parce que nous sommes dans un monde où il y a une race humaine. Se sentir humain, c’est le respect des autres, le respect de la contradiction, le respect de l’opinion de l’autre,  c’est le respect de la différence de l’autre. Votre richesse s’exprime par l’autre donc voila déjà ce qu’il faut pour un citoyen modèle, un citoyen épris de paix et de justice pour un monde égal, pour un monde de paix et pour un monde de bonheur. »

Il ajoute qu’il est temps de revenir à la raison et aux meilleurs sentiments afin de restaurer les valeurs perdues : « Nous sommes entrain de perdre toutes nos valeurs citoyennes, nous sommes entrain de perdre toutes nos valeurs traditionnelles, nous sommes entrain de perdre toutes nos valeurs humaines, la mort se banalise, nos relations sont entrain de s’effriter, l’État est en déliquescence, c’est le repli identitaire, nos différences ethniques doivent être notre soubassement, notre force. Le tapis de prière, sa beauté, c’est la multiplicité des couleurs. Chacun de nous, politiciens, jeunes journalistes, sages, tout le monde est interpellé à plus de retenu.  Ne brûlons pas ce pays, on doit l’entretenir, on doit le chérir que tout au monde, parce que c’est ce qui nous lie. Il faut que l’Etat soit fort, il faut que l’état agisse en respectant les lois, en respectant les droits de l’Homme et en respectant les citoyens. »

 

Le premier article de la déclaration universelle des droits de l’homme indique que tous les Hommes naissent libres, égaux en droits.

 

Ébène Baloka

Articles Similaires

CAN U17 : la coupe esquive le Syli cadet !

tsegbaya

Kristine Ngiriye, une entrepreneure africaine engagée « au service de sa communauté »

tsegbaya

La classe ouvrière en réunion technique à la bourse du travail ce matin

tsegbaya

Côte d’Ivoire : des maliens emprisonnés depuis 2 ans sans jugement

tsegbaya

Kaloum: le centre de diagnostics d’Imagerie par Résonance Magnétique (IRM) inauguré par le président de la république

tsegbaya

Fria : ouf de soulagement pour les retraités !

tsegbaya
%d blogueurs aiment cette page :