Partager
Soudan: RSF dénonce le maintien en détention de quatre journalistes

Soudan: RSF dénonce le maintien en détention de quatre journalistes

Quatre journalistes sont encore emprisonnés depuis que les services de renseignement et de sécurité soudanais les ont arrêtés pour avoir couvert des manifestations contre la hausse des prix du pain. Reporters sans frontières (RSF) appelle les autorités à les relâcher au plus vite et de cesser cette “chasse” aux journalistes.

Depuis trois semaines, Amal Habani, journaliste pour le site en ligne Al-Taghyir, et Kamal Karrar, du quotidien Al-Midan, sont maintenus en prison après avoir été arrêtés le 16 janvier et 18 janvier par les services de renseignement et de sécurité soudanais (NISS). Aucune charge officielle n’a été retenue contre eux. Les journalistes n’ont même pas pu avoir accès à un avocat. D’après les informations recueillies par RSF, l’état de santé de la journaliste, détenue arbitrairement dans une des cellules des NISS à la prison pour femmes à Omdurman, ne cesse de se détériorer. La famille de Kamal Karrar a, quant à elle, été informée du transfert du journaliste dans une prison au Darfour.

Cela fait plus d’une semaine que Ahmed Jaddein du quotidien Al-Jareeda a lui aussi été arrêté par les NISS alors qu’il couvrait d’autres marches de protestation à Bahri, au nord de la capitale Khartoum. Aucune information n’est disponible quant au lieu de son incarcération. Le 6 février, c’est au tour du journaliste Haji Abdelrahman El Moz du quotidien Akhbar El Yowm d’être arrêté sans aucune autre forme d’explication.

Trois journaux – Al-Midan, Al-Tayar, Al-Jareeda – ont été de nouveau confisqués le 8 février. D’après les sources de RSF, le journal indépendant Al-Tayar avait publié un entretien avec un leader du Parti communiste qui est en prison depuis son arrestation lors des manifestations de mi-janvier.

Les services de renseignement et de sécurité soudanais se sont lancés dans une véritable traque aux journalistes : nous demandons que cette pratique intolérable cesse au plus vite et que les journalistes soient libérés sur le champ, déclare RSF. Cette vague d’arrestations et de confiscations de journaux depuis le début de l’année est sans précédent. Censurer les médias au prétexte qu’ils couvrent des sujets qui déplaisent aux autorités est une mesure illusoire pour faire taire le mécontentement social. Les journalistes doivent pouvoir informer librement sans la crainte d’être pris pour cibles.

Le Réseau des Journalistes Soudanais (Sudanese Journalists Network) et le Forum des Editeurs Africains ont fermement condamné ces arrestations et détentions massives qui ciblent directement les journalistes.

Au total, 18 journalistes, y compris les correspondants de Reuters et d’AFP, avaient été arrêtés depuis le début des marches de protestation qui ont secoué le Soudan en janvier et février. Quatorze d’entre eux ont été relâchés le jour même ou quatre jours après leur arrestation. Plusieurs journaux, en particulier, des journaux indépendants et d’opposition ont été saisis au moins une quinzaine de fois.

Le Soudan reste en fin de peloton en conservant la 174ème place sur 180 dans le Classement 2017 de la liberté de la presse établi par RSF.

 

Source: RSF

Laissez un commentaire