Partager
Tanzanie : Mme Halima Mdee arrêtée.

Tanzanie : Mme Halima Mdee arrêtée.

Nairobi – Le parti d’une députée de l’opposition tanzanienne  a informé l’opinion de son arrestation à son domicile  à Dar es Salaam pour répondre d’accusation d’insulte envers  le chef de l’Etat John Magufuli.

Mme Halima Mdee la députée mise en cause est  âgée de 39 ans et a la réputation d’avoir un franc-parler, elle  est poursuivie pour des propos qu’elle aurait tenus lundi lors d’une conférence de presse. Elle est accusée d’avoir critiqué la position du président selon laquelle les écolières tombant enceintes doivent être exclues des écoles publiques. Mais aucune précision n’est donnée sur les mots exacts utilisés par la Députée.

Un autre député Said Kubenea  du Chadema qui est le principal parti d’opposition déclare que Mme Mdee « a été arrêtée hier mardi » , « On l’accuse d’insulte contre le président Magufuli », a-t-il déclaré  à l’AFP. « Elle n’a pas encore été présentée devant un juge, ça devrait être fait demain (jeudi) ».

Et M. Kubenea qui est d’ailleurs propriétaire d’un groupe de presse très critique envers le pouvoir d’ajouté : « Tout cela fait partie d’une campagne qui ne vise qu’à faire taire toute critique ».

Mme Mdee a affirmé lundi que le chef de l’Etat était un problème. « Nous devons dénoncer cette habitude du président John Pombe Magufuli, qui pense que ses déclarations sont des lois ».

« Il faut absolument freiner ce président », continu-t-elle. « Si nous continuons à le laisser faire, un jour il ordonnera aux Tanzaniens de marcher pieds nus ou torse nu, parce qu’il sait qu’il a le soutien de la police, et que ses prises de positions ont force de loi ».

Des organisations de défense des droits des femmes ont rigoureusement  critiqué en fin juin la prise de position du Président Magufuli concernant les écolières qui tombent enceintes. Malgré cela mardi, il a encore réitéré ces mêmes propos, menaçant de licenciement tout responsable d’une école publique qui recevra dans son établissement des filles-mères.

La députée Halima Mdee est sous le coup d’une suspension de participation aux débats depuis le mois de juin à l’Assemblée nationale .Elle est accusée par le président de cette institution de lui avoir manqué de respect lors d’une séance parlementaire particulièrement animée où  plusieurs députés d’opposition avaient été sortis de force de l’hémicycle. De manière ironique certains d’entre eux lui auraient proposé  une révision de  la Constitution pour  le retour au régime monopartique dans le pays.

Cette mesure de suspension d’une durée de six mois a été attaquée en justice par  le Chadema, car elle viserait également une autre députée du parti.

Surnommé « Tingatinga » (bulldozer en swahili), le Président Magufuli  qui depuis sa prise du pouvoir en fin 2015 s’est montré rigide dans la lutte contre la corruption a beaucoup marqué les esprits.

Mais son style peu consensuel et difficile lui vaut d’être qualifié de roi et de se réclamer du peuple par ses rivaux et la liberté d’expression est  aussi de plus en plus combattue dans le pays.

Liliane HABA

Laissez un commentaire