Partager
TPI de Kindia : Deux guinéens écopent de 2 mois de prison ferme pour trafic de peaux de panthère et celles de lion !

TPI de Kindia : Deux guinéens écopent de 2 mois de prison ferme pour trafic de peaux de panthère et celles de lion !

Le Gouvernement Guinéen à travers  le Ministère de la Justice et celui de l’Environnement continu de durcir le ton contre la criminalité faunique. Le mardi 13 juin 2017, le Tribunal de Première Instance(TPI) de Kindia, ville située à 137 km de Conakry a condamné deux jeunes trafiquants à 2 mois de prison ferme. Les prévenus ont été reconnus coupables du délit de détention, circulation et commercialisation de deux peaux de panthère et celle du lion, espèces animales intégralement protégées par le code de faune et réglementation de la chasse  mais aussi par la Convention de Washington.

En effet, Hamidou Traoré et Thierno Souleymane Bah ont été mis aux arrêts le 07 avril 2017 par les agents des Eaux et Forêts avec l’appui du projet ‘’Guinée Application de la Loi Faunique’’ (GALF) au centre-ville de Kindia. Ils ont été arrêtés en flagrant délit de détention, circulation et commercialisation de deux peaux entières de panthère une demi peau de lion. A en croire à nos sources, ces trophées d’animaux sauvages proviennent des espèces animales intégralement protégées.

Comparus ce mardi 13 juin 2017 devant le TPI de Kindia, les mis en cause ont nié en bloc les charges mises à leur encontre et plaident tout de même la clémence du tribunal à être tendre dans sa décision. Car, argumentent-ils, c’est une femme qui serait à la base de leur mésaventure. Une défense rejetée par le juge qui estime qu’en aucun cas le nom de la dame et ses traces sont signalés dans les procès-verbaux.

Dans ses plaidoiries, l’avocat du Ministère de l’Environnement constitué partie civile est passé en revue des circonstances de leur arrestation et les faits incriminant Hamidou Traoré et Thierno Souleymane Bah. Poursuivant, il rappelle les conséquences causées par de tels agissements notamment l’altération de l’image du pays au niveau international mais aussi la sanction de la Guinée par la CITES (Convention internationale sur le commerce des espèces de faune sauvage et de la flore menacée d’extinction). Sur l’action publique, il a demandé au juge de faire  application stricte de la loi et au paiement de 380.000.000 GNF à titre de dommages et intérêts.

A son tour,  le Ministère Public a rappelé les infractions mises à la charge des prévenus tout en soulignant que ces faits sont prévus et punis par les articles 47, 48, 126 et 164 du code de faune et réglementation de la chasse. Toujours dans son rôle d’empereur des poursuites, le Procureur a fait savoir que les prévenus ont agi en toutes connaissances de cause. A en croire ses déclarations, l’utilisation d’un sac pour dissimuler les produits justifie en évidence la mauvaise foi des prévenus dans l’accomplissement de leur activité illégale. Par conséquent, il a requis 3 mois de prison ferme au terme de la répression et condamne les prévenus au paiement de 90.000 GNF comme amende.

Dans son délibéré, le juge audiencier a déclaré coupables Hamidou Traoré et Thierno Souleymane Bah du délit de détention, circulation et commercialisation de trophées d’animaux sauvages intégralement protégés. Pour la répression, les deux jeunes trafiquants ont écopé de 2 mois de prison ferme et au paiement de 90.000 GNF d’amende chacun. Sur l’action civile ; le tribunal a reçu l’Etat représenté par le Ministère de l’Environnement dans sa constitution de partie civile et condamne solidairement les prévenus au paiement de 8.000.000 GNF comme dommage et intérêts.

De sources concordantes, il faut signaler que le tribunal  de Kindia est resté ferme face aux multiples tentatives de corruption et d’influence émanant des proches des prévenus.

Il faut rappeler que le trafic d’espèces animales est un crime organisé transnational. Il représente le 5ème commerce illégal le plus important au monde amassant plus de 20 milliards de dollars chaque année.

 

Golota Raphael LAMAH

Laissez un commentaire