26 février 2020
Soleil FM

Travailler dans les hôtels : source de revenu pour des étudiants sans soutien

Guinée économie Infos

Certains étudiants qui continuent leurs études en dehors de leurs villes natales font face à de nombreuses difficultés. Ils sont obligés de faire des activités génératrices de revenu pour subvenir à  leurs besoins quotidien.  

Le rêve de tout étudiant est d’être orienté dans une ville où se trouve l’un de ses parents. Un parent capable de couvrir ses besoins essentiels. Nyankoye Sagno, gérant d’un motel déclare: « Vous savez à Conakry, on ne peut pas se déplacer sans un moyen de transport. Il  y a un ami qui m’a proposé d’être gérant dans un bar. Mon salaire était de 250.000 GNF. Le propriétaire m’a proposé de dormir là-bas. Et là, je devais y dormir. Je n’avais qu’un seul jour de repos et je n’avais pas de temps pour réviser. Imaginez des clients qui libèrent à partir de 3h du matin. Ça trouve que vous êtes fatigués et arranger un certain nombre de choses avant de vous rendre à l’école ».

Jeannot HABA est étudiant à Kankan où il vit avec un ami. Il est actuellement en vacances à Conakry. Il nous raconte comment il se débrouille durant l’année universitaire : « Je voulais une activité qui rapporte rapidement. Donc, je partais dans un lavage auto. Je pouvais économiser 20.000 GNF par jour, puisse qu’on ne partait pas tous les jours. Et vous-même vous connaissez avec le système LMD où les 75% de travail reviennent à l’étudiant mais c’est grâce à cette activité que j’ai pu me sortir de ce calvaire».  

 

Le temps consacré à ces activités économiques impacte négativement les études. C’est le cas d’Eugène HONOMOU, qui  nous le confirme : « Quand j’ai été orienté ici, j’avais un ami qui faisait la 3è année. Je lui ai expliqué que je ne connais personne ici. Donc je gérais un hôtel. J’y passais la nuit dès fois. Mais ça m’a aidé à payer mon transport, à payer certains de mes documents, sauf parfois avec le sommeil, je dormais en classe parce je pouvais passer de nuits sans fermer les yeux ».

 

Faire des études sans un soutien financier est une formation au ralentit.

 

Samuel DUOLAMOU

Articles Similaires

Présidentielle en RDC : la candidature de Jean-Pierre Bemba définitivement invalidée

tsegbaya

L’Inde, un partenaire de confiance en Afrique

tsegbaya

Aucun développement n’est possible sans la paix, rappelle la société civile

tsegbaya

Tribunal de Dixinn: le ministère public requiert une lourde peine d’emprisonnement contre ”Grenade”

tsegbaya

La couverture sanitaire universelle, une priorité pour le forum des parlementaires africains sur la population et le développement

tsegbaya

MALI-Mines : les députés, maires, chercheurs et médias de six pays échangent sur la gestion des ressources minières

tsegbaya
%d blogueurs aiment cette page :