24 juin 2019
Soleil FM

Troisième mandat : les anciens membres du Conseil National de Transition ne sont pas d’accord

Guinée politique Infos

Les anciens membres du Conseil National de Transition s’insurgent contre toute forme de modification de la constitution guinéenne. Ils se sont prononcés sur cette actualité ce vendredi 29 mars au cours d’une conférence de presse à Coléah. Pour rappel, c’est ce CNT qui est à la base de la rédaction de cette constitution du 7 mai 2010 qui fait objet de vives critiques dans la cité.

Depuis un certain temps, l’adoption ou la modification de certaines dispositions de la constitution domine les débats dans la cité. Un débat qui intervient à 19 mois seulement de la présidentielle de 2020. Pour les rédacteurs de ce document, cette constitution n’a pas besoin d’un référendum  pour être valable. Boubacar Siddikh Diallo est le porte-parole de ce collectif. «  Tous les pays de l’Afrique sont entrain de connaître le déclin en imposant le double mandat. Nous avons dit un guinéen lorsqu’il a fait dix ans, il n’est pas indispensable. Des gens disent que cette constitution est mauvaise, elle mérite d’être changée. Mais je tiens à rappeler que la constitution est instrument pérenne.  Le référendum n’est pas une cause validité, donc sans lui, elle est valable. »

Le contrôle de l’action du gouvernement est l’une des missions principales d’une Assemblée nationale. Mais le pour le collectif des anciens du CNT ce pouvoir législatif en exercice est caporalisé par l’exécutif.  Boubacar Siddikh Diallo affirme : «  Il y’a eu des scandales de détournements, de la gabégie à ciel ouvert, aucune enquête n’a été ouverte , parce que simplement c’est l’exécutif qui nourrit l’assemblée des fonds. Et qu’eux-mêmes ne peuvent pas se sacrifier de dire sans argent, nous pouvons travailler ».

Pour l’ancien rapporteur de la commission constitutionnelle du CNT, toutes les dispositions sont modifiables sauf l’article 154.

« Quelque soit l’évolution de notre société ce ne sont pas des éléments de la mode, dont : la forme républicaine de l’Etat, la forme de la laïcité, de l’unicité de l’Etat, du principe de la séparation des pouvoirs, la durée et la limitation du nombre de mandat du président de la république », va-t-il préciser.

 

Pour finir, le collectif rappelle que cette constitution a été adoptée à la majorité de ses deux tiers. Le CNT met en garde ces promoteurs de ce qui adviendra dans le pays.

 

SAMUEL DUOLAMOU

Articles Similaires

Le ministère de la citoyenneté et les Nations-Unies se penchent sur la question de la paix en Guinée

tsegbaya

L’opposition républicaine décidée à se faire entendre la semaine prochaine

tsegbaya

Clinique Kondegbé à Tombolia : la population guinéenne peut se faire soigner gratuitement

tsegbaya

Nouvelles actions de protestation contre la hausse du prix du carburant : les forces sociales déclinent le nouveau calendrier (Copie)

tsegbaya

Plénière du 29 décembre, consacrée à l’adoption du projet de code civil

tsegbaya

Résultat du CEP 2018 : enseignement général

tsegbaya