Soleil FM
Afrique Infos

Tunisie : Une femme kamikaze se fait exploser

Ce lundi 29 Octobre une femme kamikaze est morte. Elle avait pour cible une patrouille de police au cœur de Tunis.

Le bilan de cet attentat fait état de quinze policiers et cinq civils qui ont été blessés rappelant ainsi la menace terroriste.

Selon nos confrères de RFI C’est le premier attentat sur la très symbolique avenue Bourguiba et aussi la première fois qu’une femme kamikaze se fait exploser en Tunisie.

Pourtant cette voie principale de Tunis était quadrillée par les forces policières, est encore ce mardi matin interdite à la circulation.

 

Cette jeune femme de Mahdia   qui devait fêter ses 30 ans aujourd’hui a réveillé le spectre du terrorisme que le peuple tunisien croyait enfouit en déclenchant la charge explosive qu’elle portait sur elle contre une patrouille de police.

 

Beji Caïd Essebsi le Président Tunisien  n’a pas hésité à parler de drame, déplorant et reconnaissant ainsi  une négligence dans  dans la lutte antiterroriste, il  a déclaré : « Nous avions cru avoir éradiqué le terrorisme, mais, ce terrorisme est toujours présent au cœur de la capitale ».

 

Il est à noter que depuis 2015, année où la Tunisie avait été secouée par une vague d’attentats :  Sousse, Bardo et Tunis, qui ont fait plus de 70 morts, le pays se croyait à l’abri des attentats.

En juillet déjà six membres de la garde nationale avaient péris dans une attaque près de la frontière algérienne.

Les  autorités qui maintiennent l’état d’urgence depuis 2015 étaient rassurées de la sécurité dans les agglomérations, en particulier Tunis.

 

Il est à noter qu’en Novembre 2015 un Kamikaze a tué 12 membres de la garde présidentielle sur l’Avenue Mohamed V qui se situe à quelques pas du lieu où la Kamikaze s’est fait exploser. Attentat qui avait été revendiqué par l’Etat Islamique.

Le nouvel attentat a eu un bilan de 20 personnes blessées dont une quinzaine de policiers.

La Tunisie dont plusieurs milliers de ressortissants combattent pour Daesh doit donc à un an des scrutins présidentiel et législatif doit donc être consciente de la menace terroriste effective qui prête à frapper même au cœur de la capitale.

Toujours selon nos confrères de RFI des citoyens travaillant sur cette voie principale de Tunis se sont exprimés.

Wassila un citoyen raconte que : « C’était quelque chose de choquant. Elle visait les agents de police, elle voulait monter dans leur voiture. Mais lorsqu’elle a dit Alla ou Akbar, ils l’ont empêchée. C’était choquant, c’est tout ».

Cet autre citoyen Hakim Mezraoui, déclare que : « C’est douloureux pour la Tunisie, pour le tourisme, pour tout. C’est un peu difficile ».

 

Oumar ,un autre citoyen exprime sa peur en ces termes : « On a peur, on a peur, il y a longtemps qu’on n’a pas vu ça ».

 

Pour Walid, qui travaille non loin du lieu de l’attentat c’est un jour inoubliable il déclare  : « J’ai entendu une explosion, et après j’ai vu une femme allongée au sol, les vêtements déchirés et avec du sang partout. Les gens courent tous vers moi. C’est un choc, le terrorisme n’est pas maintenant dans les montagnes et loin de nous, mais il est ici et entre nous ».

 

Pour sa part Kamel un étudiant qui étant en cours pendant le drame déclare que : « A force de forger, on devient forgeron. A force d’avoir des islamistes conservateurs au pouvoir, c’est normal qu’on voit des trucs pareils. Quand on voit que la Tunisie exporte le nombre maximal de terroristes partout dans le monde. Si on a peur, on reste chez nous, mais on doit vivre. Faut vivre ».

L’Etat Tunisien doit redoubler de vigilance avec ce qui vient de se passer car les kamikazes peuvent frapper n’importe où et à n’importe quel moment.

 

Source : RFI

Articles Similaires

Ville-morte de l’opposition : jeunes de l’axe Le Prince et forces de l’ordre s’affrontent à nouveau !

tsegbaya

Dubréka : fin des travaux préparatoires pour la rentrée scolaire 2018-2019

tsegbaya

Le président ghanéen lance un prix panafricain pour la promotion de l’innovation

tsegbaya