17 juillet 2019
Soleil FM

Un nouveau président de la cour constitutionnelle ne sera pas élu ce jeudi 27 septembre

Guinée politique Infos

Les frondeurs de la cour constitutionnelle ont décidé de reporter l’élection du nouveau président de l’institution prévue en principe ce jeudi 27 septembre 2018. Ce renvoi est dû à la médiation entamée par le bureau exécutif du CNOSCG Conseil National des Organisations de la Société Civile Guinéenne. Devant la presse ce mercredi 26 septembre à son siège de Dixinn, cette entité a souligné que la résolution de la crise qui déshonore la cour constitutionnelle n’est qu’une question de jour.

La crise n’est pas totalement résolue mais le CNOSCG reste plutôt optimiste. A travers les informations reçues de part et d’autres, la société civile par la voix de son président plaide pour une sortie heureuse de la crise. Selon Docteur Dansa Kourouma, tous les guinéens doivent se battre pour résoudre la crise qui fragilise la cour constitutionnelle.

‘’ Quand cette cour est ébranlée, toutes les voies sont ouvertes aux spéculations qu’on entend dans la cité.  L’avenir de cette institution dépend de l’avenir de la démocratie guinéenne. C’est pourquoi nous avons tous intérêt que cette institution ne s’ébranle pas’’, a indiqué Docteur Dansa Kourouma.

Selon les conférenciers, après analyse profonde de la situation, trois principaux facteurs alimenteraient cette crise. C’est pourquoi le président du CNOSCG a dans une déclaration, invité les deux parties au respect de la loi. ‘’ Toutes les crises qui fragilisent nos institutions sont dues au non respect de la loi par les acteurs, à la gestion des ressources financières  et à l’indépendance des membres vis-à-vis des autres institutions de la République’’.

Pour le CNOSCG pas question de savoir qui a tord ou raison. L’essentiel est de sauver l’image de l’institution mais aussi sauvegarder l’avenir démocratique en Guinée. ‘’ Aujourd’hui comme on le dit chez nous, l’eau est trouble à la cour constitutionnelle et comme l’eau est trouble, nous ne devons pas nous jeter à l’eau en attendant qu’elle s’éclaircisse. Donc ce qui est sûr, les neuf membres sont en conflit, essayons de trouver solution à cette crise’’, a conclut le conférencier.

 

Mohamed Lamine Yansané

 

Articles Similaires

Page noire: Joseph Sagno, chroniqueur à la radio Soleil Fm n’est plus !

tsegbaya

Manifestations à Conakry : Cellou et Mathurin, qui sera le John Céna de la situation?

tsegbaya

Algérie : voici l’adresse à la Nation du président Abdelaziz Bouteflika

tsegbaya

Le président de la Banque mondiale démissionne !

tsegbaya

Aladji Cellou : «la loi n’autorise pas les gendarmes à porter des armes mais définie dans quelle condition ils peuvent faire usage des armes »

tsegbaya

Côte d’Ivoire : « Soro Guillaume démissionnera en février »

tsegbaya