Partager
Université de Sonfonia : deux(2) écrivains internationaux présentent leurs livres au public guinéen

Université de Sonfonia : deux(2) écrivains internationaux présentent leurs livres au public guinéen

Une cérémonie de dédicace de deux ouvrages s’est déroulée ce samedi 10 février 2018 à l’université général Lansana Conté de Sonfonia. Le premier est intitulé ‘’En compagnie des Hommes’’ de Véronique Tadjo, le second ‘’L’ivresse du Sergent Dida’’ de Olivier Roger journaliste à la RFI, tous deux membres du jury du prix littéraire William Sassine. La cérémonie qui a eu pour cadre le centre international de recherche et de documentation (CIRD) a connu la présence de plusieurs personnalités du monde de l’écriture.

Devant de personnalités publiques nationales et internationales, d’étudiants et hommes de médias que la conférencière du premier ouvrage a présenté son livre ‘’En compagnie des Hommes’’. Dans cet ouvrage de 171 pages, l’auteur traite la plus grande épidémie d’Ebola qui a frappé l’Afrique de l’ouest entre 2014 et 2016 : « comme tout le monde, j’ai suivi ce qui s’est passé et j’ai été très touché par la dévastation que ça a apporté dans les trois (3) pays en question, notamment la Guinée, le Libéria et la Sierra Leone. La Côte d’Ivoire a une frontière avec la Guinée et donc on s’est senti vraiment très concerné moi en particulier. J’ai trouvé ça intolérable de voir ces images catastrophiques. Donc cela m’a emmené à faire une réflexion un beaucoup plus large sur les problèmes sanitaires que nous rencontrons en Afrique de l’ouest qui sont vraiment problématique et toutes les crises que cela peut entraîner. Donc je pense qu’on a des problèmes vraiment très sérieux et qu’il nous faut une nouvelle conscience, de prendre en main notre environnement et notre santé », a interpelé Véronique Tadjo.

Présenté en seconde position, ‘’L’ivresse du Sergent Dida’’ contrairement au précédent parle d’un jeune sergent qui prend le pouvoir à un moment où son pays s’effondre. Dans ce roman de 314 pages, l’auteur va jusqu’à soulever des interrogations qui traversent tous les peuples et toutes les nations. Olivier Roger pose la question de savoir comment le pouvoir nous transforme et comment pouvons-nous transformer le pouvoir ?

« Quelque part quand les images me venaient en tête en écrivant, c’était des images de Conakry. Malheureusement, ce n’est pas un livre sur la Guinée, mais c’est un livre très inspiré par la Guinée. Alors mon livre ‘’L’ivresse du Sergent Dida’’ parle de l’ivresse du pouvoir parce que mon héros est un jeune militaire qui est mis dans des conditions où son pays et la structure politique de son pays s’effondrent, va prendre le pouvoir. Et une fois qu’il le prend, va se poser la question de savoir ce qu’il en fait. C’est une question qu’on doit toujours se poser, qu’est-ce qu’on fait quand on a pris le pouvoir. Est-ce qu’on devient un héros ou  un bourreau pour son peuple ? C’est une question qui traverse tous les peuples, tous les continents, toutes les nations et qui aussi traverse l’histoire ; c’est cette question-là que j’ai voulu interrogé. Comment le pouvoir nous transforme ? Comment pouvons-nous transformer le pouvoir ? Et le pouvoir doit-il servir à faire le bien de la nation ? », a expliqué le romancier.

Cette cérémonie de dédicace qui a eu lieu au centre international de recherche et de documentation CIRD de Sonfonia se tient au lendemain de la remise du prix littéraire William Sassine. Une distinction remportée par le jeune blogueur guinéen, Alimou Sow.

 

Tomou Traoré

Laissez un commentaire