28 février 2020
Soleil FM

VIH/SIDA : « En Guinée, plus de 120 mille personnes vivent avec la maladie » selon l’ONUSIDA

Infos santé

La Guinée a célébré ce lundi 02 décembre 2019 en différé la journée internationale de lutte contre le VIH/SIDA. Le thème choisi pour la circonstance, est : ‘’Communautés engagées, VIH éliminé’’. Faut-il rappeler que cette journée est célébrée le 1er décembre de chaque année à travers le monde. Pour 2019, l’humanité a choisi le thème : ‘’les organisations communautaires font la différence’’. Ici à Conakry, les organisations Médecins sans Frontières Guinée ont marqué cette journée par un carnaval caractérisé par une marche de riposte contre cette pandémie. Laquelle marche est partie du camp-carrefour de Yimbaya à la mairie de Matoto.

Aujourd’hui, vivre avec le VIH/SIDA, n’est pas une fatalité selon des médecins. Mais chaque individu doit se faire dépister pour connaitre son statut sérologique. Docteur Kassi, coordinateur de ‘’médecins sans frontières’’ en Guinée, invite les communautés à multiplier la sensibilisation « On sait que même si les structures sont en place, les gens ont encore peur du VIH. Ils ont peur d’être stigmatisés. Raison pour laquelle il faut que les communautés soient engagées à supporter ces personnes pour qu’elles aient des facilités pour aller chercher leur traitement contre le paludisme de même que le VIH. »

La sensibilisation joue un grand rôle dans la lutte contre le VIH SIDA. Les personnes touchées par cette maladie rencontrent parfois des difficultés. Kadiatou Bolie Baldé est la présidente du Réseau des personnes affectées et infestées par le VIH « La discrimination et la stigmatisation venant des personnels soignants, le coût élevé de certains examens radiographiques pulmonaires, la transaminase, la créatinine occasionnent souvent l’abandon du traitement par les patients. »

Selon l’ONUSIDA, plus de 120 mille personnes vivent avec le VIH en Guinée. Ce sont seulement 50 mille qui sont sous traitement. Docteur Djalikatou Diallo, membre de la commission santé à l’Assemblée nationale, rassure les communautés que des plaidoyers seront faits au Parlement « Il faudrait que des allocations budgétaires substantielles soient mises à la disposition de tous les acteurs pour parer à ce désagrément lié surtout à la rupture des antirétroviraux. Mais il y a la lenteur dans la prévention, c’est pourquoi, les communautés doivent s’impliquer parce que le maître mot doit être la prévention. »

L’objectif de l’ONUSIDA à l’horizon 2030 est d’atteindre les 3.9.0.  C’est à dire que 90% de la population mondiale soit dépistée, traitée et sans charge virale.

Samuel Demba DUOLAMOU.

 

Articles Similaires

Réception en grande pompe d’Alpha Condé : la guerre des chiffres entre mouvanciers et opposants

tsegbaya

Marche interdite de l’opposition : « la sécurité a fait l’usage excessif de la violence », dixit le balai citoyen

tsegbaya

Prix du carburant : les forces sociales prévoient d’autres marches

tsegbaya

Le cardinal australien George Pell, condamné pour pédophilie, n’est plus secrétaire à l’Economie (Vatican)

tsegbaya

Claude Kory  Kondiano à l’intérieur de la Guinée, appelle à la cohésion sociale

tsegbaya

Guinée/Education : « Le mot d’ordre de grève du SLECG ne passe pas au collège Kipé » dixit le Principal dudit établissement

tsegbaya
%d blogueurs aiment cette page :