20 mai 2019
Soleil FM

Yattaya Fossidet, deux accidents graves en deux jours consécutifs !

Guinée société Infos

Jeudi 28 février et vendredi 1er mars, la population de Yattaya Fossidet a été ébranlée par la succession d’accidents graves, le premier étant même mortel. Dans la même zone, des camions remorques se sont renversées avec leurs contenus, perdant le contrôle. Une situation qui relance la problématique de la circulation de ces gros engins dans les quartiers profonds.  

Au moins cinq morts, plusieurs blessés graves ainsi que des dégâts matériels importants, c’est le bilan provisoire d’un accident de circulation survenu jeudi 28 février au quartier Yattaya. C’est un camion remorque rempli de ciment en provenance de la T6 qui a perdu le contrôle. C’est dans cette panique que le conducteur s’est introduit dans deux maisons où dormaient une dizaine de personnes.

Selon plusieurs sources contactées sur place, c’est aux environs de 5h du matin que le camion remorque s’est introduit dans la famille Conté et Demba. Sur place, le bilan faisait état de deux morts et des cas de blessés graves évacués d’urgence à l’hôpital. Ce voisin proche des victimes dit être réveillé par le bruit de la remorque. Denon Haba explique : « Je me suis réveillé à 4h, j’étais assis regardant la télévision. Jai entendu le bruit. Je suis sorti dehors parce que moi je pensais que c’était le courant. Il y avait trop de poussière. La voiture était remplie de ciment. Alors j’ai essayé de faire sortir ma famille. Ici, il y’a quatre logements. Moi j’habite dans la dernière maison. Il y’a une première maison qui était une entrée-couchée, la deuxième, c’était une maison chambre-salon. Ce sont les deux maisons que le camion a écrasé ».

Sur les lieux, difficiles d’avoir des interlocuteurs fiables. Tous disent être réveillés par le bruit du camion au petit matin. La grande-mère des victimes dit avoir été alertée par le bruit du camion, de son retour de la mosquée.

« J’étais à la mosquée quand j’ai entendu le bruit du camion qui se dirigeait dans le quartier. J’ai regardé vers la fenêtre ensuite je me suis dit que, la manière dont descendait ce véhicule était dangereux. Du coup, j’ai entendu un grand bruit. Quand j’ai voulu venir, ils m’ont retenu en disant, ne la laissez pas partir, c’est sur ses petits fils que le camion est monté. C’est la maison de mes petits-fils qui précède celle des voisins. Là, je me demande s’il y’a eu des survivants ».

 

Pour ce qui concerne l’accident du vendredi, des dégâts matériels ont été enregistrés dans la même zone. Ces cas viennent gonfler le nombre de victimes d’accident de circulation à Conakry après le récent accident enregistré à Sonfonia.

 

SIMONE OUENDENO

 

 

 

 

Articles Similaires

Martine Condé aux patrons de presse : « Le journalisme doit être un métier respecté   et respectable »

tsegbaya

Tabaski 2018 : des mères de familles se plaignent de la conjoncture actuelle

tsegbaya

1er mai : quand les syndicalistes « mômes » se ridiculisent au palais du peuple !

tsegbaya

Le président ghanéen lance un prix panafricain pour la promotion de l’innovation

tsegbaya

Quel avenir pour l’exploitation artisanale du diamant en Guinée ?

tsegbaya

Le contre-pouvoir compte faire du mardi 15 octobre, une journée ville morte à Conakry

tsegbaya