23 avril 2019
Soleil FM

Yomou/ la préfecture coupée du reste de la région : le CCDI brise le silence et menace

Guinée politique Infos

Le Conseil Citoyen pour le Développement Intégré de Yomou CCDI en abrégé demande aux autorités, un soutien à sa préfecture. Il l’a fait savoir dimanche au cours d’un meeting. L’objectif de la rencontre est d’attirer l’attention de l’Etat sur la nationale Yomou-Nzérékoré. La rencontre s’est tenue à Lambanyi dans la commune de Ratoma

Selon le coordinateur du mouvement, bien que Yomou soit placée sur la cartographie nationale comme dernière préfecture, elle ne mérite pas d’être ignorée. Cette communauté qui a largement contribué à l’accession du RPG au pouvoir mais jusque-là, dit-elle, n’a aucunement rien eu en retour, surtout l’état de route. Théophile Maomou « Aujourd’hui, la préfecture de Yomou est complément coupée du reste de la région pour ne pas dire du pays parce que la route qui l’en relie avec la région est vétuste et d’une impraticabilité lamentable. Cela fait plus de 60 ans que cette route n’est bitumée et 20 ans qu’elle n’est pas reprofilée. Il ne faut se voiler la face car la population de cette localité est vraiment frustrée. »

Sékou Souapé est l’invité de la rencontre, il est également membre du bureau politique du RPG à Yomou. Devant cette préoccupation de sa communauté, il a pour sa part, essayé de calmer les ardeurs. Pour lui, soutenir un parti politique est une question de choix. « Nous membres du RPG, nous sommes ceux qui avions menés le combat depuis 1987, nous nous sommes engagés à ce que le contrat de cette route soit donné un natif de la localité. C’est ce qui a été fait. Ceux qui viennent de pratiquer cette voie terrestre peuvent témoigner que, les travaux ont déjà commencé »

Récemment rentré de Yomou pour des raisons de famille, Dr Alexandre Lamah natif de Yomou dément les arguments de Sékou Souapé relatifs à l’accès de cette nationale. « La route de Yomou est impraticable. J’ai pris la moto de N’Zérékoré pour Yomou à 60.000 gnf pour le déplacement. Aucune machine n’est sur cette route ni aucun travail. Mais la faute n’incombe pas à l’Etat, c’est nous-mêmes la communauté de base. Nos cadres sont là, ils font le semblant, alors que c’est la voie la plus courte pour rentrer au Libéria. Mais si nous la jeunesse, nous ne nous levons pas pour défendre nos droits, cette route sera coupée des autres préfectures », affirme t-il.

Cette démarche ne date pas d’aujourd’hui explique le président de la jeunesse de Yomou. Florent Atanas Kpohomou « ça fait plusieurs fois j’ai appris que les financements ont été donnés à un des fils de la localité, cette information m’ait carrément étrange. Donc si c’est le cas, que l’autorité poursuive cette personne pour la mettre devant ses responsabilités. C’est aussi simple que çà »

La Guinée ne se résume pas seulement à Conakry. Il serait évident de lancer une campagne nationale pour remonter les besoins essentiels de chaque localité, a conclu le président.

 

SAMUEL DUOLAMOU

 

Articles Similaires

Qui était Romaric Stéphane Sylvère Sioké Kabassan Kéita, ‘’l’homme des machines au doigtier magique’’ ? (Portrait)

tsegbaya

Fria : ouf de soulagement pour les retraités !

tsegbaya

Ahunna Eziakonwa prend fonction comme Directrice du Bureau Afrique du PNUD

tsegbaya

“Convergence de l’Opposition Démocratique”: le nom du nouveau bloc de l’opposition en gestation

tsegbaya

Insalubrité : les jeunes de Yimbaya très en colère !

tsegbaya

Insalubrité: les femmes vendeuses au marché de Sonfonia Gare exposées à des risques de maladie et d’accident

tsegbaya