16 juin 2019
Soleil FM

Migration : le pacte mondial sensible aux droits des femmes et enfants migrants

Afrique Infos

Le respect des droits humains devrait être garanti pour les migrants, peu importe qu’ils soient régulièrement ou pas établis. Le pacte mondial pour des migrations sures, ordonnées et régulières apporte des réponses claires à la mobilité féminine et à la migration des mineurs. Un aspect dont se réjouissent les panafricaines, réseau des femmes journalistes du continent africain qui porte le sujet de la migration dans son agenda 2018-2019.

Les femmes et les mineurs sont au cœur de ce pacte qui a été adopté ce lundi 10 décembre à Marrakech. Environ 183 pays ont apporté leur soutien à ce pacte, un peu plus de 120 l’ont approuvé. Dans le monde, près de 48% des migrants sont des femmes. En Afrique, les femmes sont régulièrement sur la route. Elles bougent pour les affaires, pour le travail, pour leurs familles et souvent en quête de meilleure opportunité ou en raison de catastrophes, de guerre.

Elles se déplacent en effet beaucoup mais sont souvent victimes de plusieurs formes d’inégalité sociale. Parmi ces inégalités, les faibles salaires et les mauvais traitements occupent une place importante.

Les femmes sont aussi celles qui transfèrent plus d’argent vers leurs pays
d’origine. Cela en soutien à leurs familles qu’elles ont laissé derrière elles.

« les migrants travailleurs renvoient en moyenne 15% de leurs revenus vers leurs pays d’origine. Ce qui représentait en 2017, 650 millions de dollar, 3 fois plus que toute l’aide internationale au développement. Les femmes sont celles qui soutiennent financièrement plus leurs proches » estime Louise Arbour, secrétaire générale de la conférence internationale sur la migration.

Le pacte de Marrakech invite explicitement les états membres à promouvoir des politiques migratoires sensibles aux droits des femmes et des enfants. Les Etats qui ont signé  le pacte devraient réduire les coûts des frais de transfert d’argent notamment pour l’Afrique.  Une mesure, si elle est suivie et respectée, contribuera à améliorer les conditions économiques des femmes.

Plus d’une dizaine de panafricaines mobilisées à Marrakech pour le plaidoyer

Le réseau des femmes journalistes de l’Afrique, les panafricaines, est fortement représenté à la rencontre. Depuis plusieurs mois déjà, les panafricaines intensifient le plaidoyer et portent la voix des sans voix pour l’adoption du pacte.

« Nous nous réjouissons que le pacte ait été signé, c’est le début d’une reconstruction de la migration »a estimé Christelle N’Galeu, journaliste camerounaise, panafricaine.

A Marrakech, elles sont là en tant que journalistes. Les médias des panafricaines relaient depuis plusieurs jours, toute l’actualité relative à la migration et elles donnent la parole à l’Afrique. Les panafricaines racontent la position de l’Afrique par rapport à la migration et au pacte mondial pour des migrations sures, ordonnées et régulières. Elles donnent le ton d’un journalisme utile pour l’Afrique. Elles donnent enfin, l’opportunité à l’Afrique de s’écouter, de se faire écouter et d’amener le monde à comprendre mieux ses motivations, ses craintes mais aussi sa contribution pour une migration au service du développement. Mais elles y sont aussi en tant que femmes influenceuses déterminées à humaniser le traitement journalistique du sujet de la migration.

« Les images qu’on voit en Europe ne reflète pas la réalité. Oui, il y’a des drames et une méditerranée qui se transforme en cimetière. Mais c’est pas une nouveauté. On ne peut pas dire aujourd’hui que sur la question migratoire, il y a un désespoir de l’Afrique qui part vers l’Europe. C’est faux. Et nous panafricaines, on veut rétablir la vérité », a expliqué Fathia Elaouni, coordinatrice du comité permanent des panafricaines.

Rétablir la vérité sur la migration africaine par la plume, le micro et leur travail de terrain avec un accent particulier sur la mobilité féminine, c’est la mission que les 200 femmes journalistes du continent se sont assignées. Elles ne limitent pas seulement à informer humainement. Elles font aussi le plaidoyer auprès des Etats pour qu’ils respectent leurs engagements. Elles devraient être reçues très prochainement à l’Union Africaine pour porter ce message de femmes journalistes engagées à raconter les succès, les défis mais aussi les doutes de l’Afrique. Des doutes qui ne constituent pas une faiblesse mais une opportunité pour se frayer un chemin dans le désert.

Les jeunes invitent les Etats à les associer au combat pour une migration humaine

A côté des femmes, les jeunes constituent aussi l’une des couches les plus touchées par le phénomène de la migration. En Lybie, plusieurs de ces jeunes, filles comme garçons, sont aux mains des passeurs. Le monde compte à ce jour, 1,8 milliards de jeunes. Ces jeunes dans plusieurs pays, sont confrontés à nombreux défis. Le défi de l’emploi occupe une place primordiale. Selon l’organisation internationale du travail (OIT), les jeunes âgés de 15 à 24 ans sont touchés par un taux élevé de chômage et par la pauvreté. En 2017, environ 71 millions de jeunes étaient au chômage. Le taux de chômage des jeunes est de 13,1 % en 2017 selon l’OIT.

Pour ceux qui travaillent, plusieurs sont très mal payés. En 2017, 16,7%des jeunes travailleurs des pays en voie de développement vivent avec 1,90 dollars ou moins par jour. D’ici 2030, l’Afrique, l’Asie et le Pacifique contiendrons le plus grand nombre de jeunes. En raison de ces conditions de vie difficile, ces jeunes font le choix de la migration, souvent au péril de leur vie. La représentante des migrants à cette conférence, jeune par la même occasion, a invité les Etats à associer les jeunes à tout le processus d’humanisation de la migration.

La dimension humaine, une priorité de ce pacte, intègre donc les priorités des jeunes. Le bien-être des jeunes migrants, des communautés dans les pays d’origine, de transit et de destination ne peut se faire sans les principaux concernés. C’est pourquoi, les Etats se sont engagés dès après la rencontre de Marrakech, à mettre en marche la machine de l’observatoire africain de la migration.

Un outil qui va permettre de collecter les données réelles de la migration africaine. L’Afrique va donc écrire sa propre histoire de la migration et ne pourra plus subir ce qu’on lui montre ou raconte de l’extérieur.

Afiwa Mata

Articles Similaires

Un panel de IPPF Afrique met exergue les avancées sur la couverture sanitaire universelle dans 3 pays de l’Afrique

tsegbaya

Violences à Conakry : la jeunesse CEDEAO-Guinée sur les constats

tsegbaya

TPI de Dixinn : le procès de ‘’Grenade’’ renvoyé au 18 février prochain…

tsegbaya

Bientôt  la réalisation  du barrage de 25 MW à Tiapata- LABE

tsegbaya

50 ans du Fespaco, festival vitrine pour le cinéma africain

tsegbaya

Conakry : des activistes haussent le ton suite aux propos de Honorable Ousmane Gaoual Diallo envers Domani Doré

tsegbaya