Soleil FM

Auteur : LINSAN

Guinée Actus Guinée Politique

Politique : Grenade a-t-il quitté l’esquif UFDG ?

LINSAN

Le parti de l’Union des Forces Démocratique de Guinée a réagi ce lundi 7 juin 2021 aux propos tenus par Boubacar Diallo ‘’alias Grenade’’, qui affirme être abandonné par le parti de Mamadou Cellou Dalein Diallo. Joint ce lundi par notre rédaction soleilfmguinee.net, Dr Ben Youssouf Keïta déclare que ‘’Grenade’’ n’a jamais été abandonné par les cadres de l’UFDG.

Dans sa déclaration, Dr Ben Yousouf Keïta, membre du bureau politique national salue le courage de Boubacar Diallo ‘’alias Grenade’’ qui selon lui a été condamné à cause de son appartenance politique.

« Je commencerais d’abord à rendre un vibrant hommage à ce garçon. L’UFDG n’a jamais abandonnée monsieur Boubacar Diallo ‘’alias Grenade’’. Nous savons, c’est pour son militantisme dans les rangs de l’UFDG qu’il a été appréhendé. L’UFDG en ce que je sache depuis son arrestation n’a jamais délaissé. On lui y a toujours soutenu moralement et financièrement. La preuve, les avocats qui lui défendent sont engagés par l’UFDG », a précisé Dr Ben Youssouf Keïta.

Selon bon nombre d’observateurs, Boubacar Diallo ‘’allias Grenade’’ n’est plus militant de l’UFDG. Pour notre interlocuteur, ‘’Grenade’’ reste toujours militant du parti dirigé par Cellou Dalein Diallo.

« Moi, je n’ai pas vu sa lettre de démission en tant que membre de L’UFDG, vous savez en politique il y a trop de rumeurs, donc ce qui reste claire, il est toujours un membre de l’UFDG », a-t-il insisté.

Boubacar Diallo ‘’allias Grenade’’ a été condamné dans un procès en appel la semaine passée à dix ans de prison assortie d’une période de sûreté de cinq ans par la Cour d’appel de Conakry. 

FATOUMATA BAH

Actualités Sociétés

Les mots du ministre guinéen de l’environnement à l’occasion de la journée mondiale de l’environnement

LINSAN

Le ministre d’Etat, ministre de l’environnement des eaux et forets de la Guinée, Mohamed Oye Guilavogui a fait une déclaration à la faveur de la célébration de la journée mondiale de l’environnement, dont soleilfmguinee.net a reçu une copie. Lisez l’intégralité ci-dessous.

REPUBLIQUE DE GUINEE

Travail-Justice-Solidarité

CELEBRATION DE LA JOURNEE MONDIALE DE L’ENVIRONNEMENT CELEBRE LE 05 JUIN 2021.

A L’OCCASION NOUS VOUS LIVRONS LA DECLARATION DU MINISTRE D’ETAT, MINISTRE DE L’ENVIRONNEMENT DES EAUX ET FORETS, MOHAMED OYE GUILAVOGUI

Chers compatriotes,

La Journée Mondiale de l’Environnement, date anniversaire de la création du Programme des Nations-Unies pour l’Environnement (PNUE) est célébrée à travers le monde, le 5 juin de chaque année.

L’objectif visé par cette journée est de susciter l’intérêt de la classe politique et le désir d’agir. Elle est mise à profit pour informer et sensibiliser les acteurs du développement, pour qu’ils comprennent que leur participation active et effective à la gestion durable de l’environnement est essentielle et qu’ils doivent de ce fait, changer favorablement leurs comportements et attitudes à l’égard des questions environnementales.

La célébration de cette Journée donc, permet aux nations et aux peuples d’améliorer leur qualité de vie sans compromettre, celle des générations futures. Le Pakistan aura le privilège de l’accueillir cette année 2021.

Le thème central de cette année retenue par le PNUE est intitulé « La restauration des écosystèmes ». Les écosystèmes expriment l’interaction entre les organismes vivants – plantes, animaux, personnes – et leur Environnement. Cela inclut la nature, mais aussi les systèmes créés par l’homme, comme les villes ou les exploitations agricoles.

Citoyennes et citoyens,

Des forêts aux terres agricoles en passant par les étendues et les cours d’eau douce, les océans et les littoraux, les écosystèmes dans toute leur vitalité et leur diversité, sont le pilier de notre prospérité et notre bien-être. Or, nous dégradons aujourd’hui ces précieuses ressources de façon alarmante.

Depuis trop longtemps, nous exploitons et détruisons les écosystèmes de notre planète. Toutes les trois secondes, le monde perd suffisamment de forêts pour ouvrir des terrains de distraction et loisir par exemple, et au cours du siècle dernier, selon le rapport spécial du GIEC/PNUE sur les conséquences d’un réchauffement planétaire, nous avons détruit la moitié de nos zones humides.

Pas moins de 50% de nos récifs coralliens ont déjà disparu et  jusqu’à 90% d’entre eux pourraient disparaître d’ici  2050, même si le réchauffement de la planète se limitait à une augmentation de un virgule cinq degré Celsius.

La perte d’écosystèmes prive le monde des puits de carbone, comme les forêts et les tourbières. Les émissions mondiales de gaz à effet de serre ont augmenté pendant les trois années consécutives et la planète est en passe de subir un changement climatique potentiellement catastrophique.

La Décennie des Nations Unies pour la restauration des écosystèmes est un moyen de contribuer à renverser cette tendance et d’offrir un avenir plus durable à la nature et à l’humanité. Les écosystèmes sont le socle de toute une vie sur terre. Protéger les écosystèmes, c’est protéger la planète et ses habitants.

Face à ces défis, la Journée Mondiale de l’Environnement se concentre sur la restauration des écosystèmes et son thème est « Réimaginer, Recréer, Restaurer ». Ce qui est en adéquation avec la vision du Gouvernement Guinéen à travers ‘l’Initiative présidentielle de reboisement.  Aussi, elle est en phase non seulement avec la campagne de reboisement  annuelle du Ministère de l’Environnement des Eaux et Forêts,  mais aussi avec les objectifs de l’ambitieuse idée de projet portant le reboisement de 500 000 ha initié par le Département, et sur une période de 5 ans.

La restauration des écosystèmes consiste enfin à prévenir, à stopper et à inverser les dommages pour passer de l’exploitation de la nature à sa guérison. Cette Journée mondiale de l’environnement donnera le coup d’envoi de la Décennie des Nations Unies pour la restauration des écosystèmes 2021-2030, une mission mondiale visant à faire revivre des milliards d’hectares, des forêts aux terres agricoles, du sommet des montagnes aux profondeurs de la mer.

Citoyennes et Citoyens

Nous ne pouvons pas remonter le temps. Mais nous pouvons planter des arbres, rendre nos villes plus vertes, redonner vie à nos jardins, changer notre régime alimentaire et assainir les rivières et les côtes. Nous sommes la génération qui peut faire la paix avec la nature. C’est notre dernière chance de remettre les choses en ordre.

Soyons actifs, pas anxieux. Soyons audacieux, pas timides. C’est notre moment. C’est votre moment. Rejoignez la Génération Restauration !

Le Ministère de l’Environnement, des Eaux et Forêts, à travers le Gouvernement Guinéen saisit donc cette opportunité, pour lancer un appel à tous les responsables politiques et administratifs, à tous les citoyens de notre pays pour une prise de conscience collective accrue pour l’initiation d’actions concrètes, en vue d’améliorer le cadre de vie de nos populations dans nos différentes villes.

Main dans la main pour restaurer les écosystèmes, pour une Guinée propre, verte et plus vivable !

Vive la Journée Mondiale de l’Environnement !

Vive les Nations Unies !

Vive la République de Guinée!

Je vous remercie !

Publication : Service Communication : MEEF

Actualités Sociétés

« … à cause de la déforestation les animaux ne savent plus où aller… », Ibrahim Kalil Diakité à l’occasion de la journée mondiale de l’environnement

LINSAN

Les nations unies ont décidé de faire du 05 juin de chaque année, la journée mondiale de l’environnement. Cette journée a pour objectif de sensibiliser les populations sur la protection de l’environnement. Cette année le thème retenu porte sur la restauration des écosystèmes.

A cette occasion la rédaction de soleilfmguinee.net a joint ce samedi ce samedi 05 juin 2O21, le Président de l’Association Guinéenne pour le Développement Durable et la Protection des Ecosystèmes, Ibrahim Kalil Diakité a mis l’accent sur cette journée et envisagé quelques actions en faveur de la protection de l’écosystème ainsi que les bonnes pratiques environnementales. Lisez ci-dessous ses propos recueillis par notre reporter Fatoumata Nimaga.

« Cela part déjà de la conservation de ce qui existe et la création de ce qui n’existe pas. Donc pendant cette journée et tous les autres jours qui vont suivre, le thème de l’environnement sera au centre de toutes les préoccupations. Cette année le thème porte pratiquement sur la protection des écosystèmes, encore une fois la dimension de l’habitat que ça soit l’habitat humain ou l’habitat sauvage, elle est fortement influencée par la dégradation de l’environnement en termes de pollution, en termes d’augmentation des ordures ménagères et la carbonisation, et tous ceux-ci affectent l’habitat humain qui est en milieu urbain.

En ce qui concerne l’habitat sauvage, à cause de la déforestation les animaux ne savent plus où aller et à la limite ne savent pas comment se nourrir aujourd’hui. Puisque nous sortons d’une période pandémique, il y’a également beaucoup de maladies qui sont liées aux eaux souillées, donc c’est de conscientiser les populations pour une gestion correcte des eaux puisées par exemple, et y a de ces pratiques assez simples et nous allons passer de porte à porte pour les expliquer. Voilà cette année ces quelques actions que nous allons entreprendre dans ce sens, d’une part la protection de notre écosystème et d’autre l’adoption des bonnes pratiques environnementales », explique Ibrahim Kalil Diakité.

Propos recueillis par FATOUMATA NIMAGA

Actualités Guinée Politique

A la une Conakry : Adama Barrow en visite chez Alpha Condé, les deux inaugurent un centre dès après l’aéroport

LINSAN

Après l’aéroport international de Gbessia-Conakry, où le Président guinéen est venu réceptionner son homologue gambien ce jeudi 3 juin 2021, ces chefs d’Etat se sont dirigés avec leurs protocoles à Kaporo, un quartier situé dans la banlieue de Conakry. Alpha Condé et son homologue ont mis l’occasion à profit pour inaugurer le centre de gestion des permis de conduire. Un projet piloté par le ministère des transports.

Satisfait de cette réalisation, le ministre des transports a d’abord salué l’entreprise en charge du projet avant de souligner l’importance accordée à ce permis.

« L’intérêt pour ce projet, c’est tout d’abord assurer la sécurité dans la circulation en République de Guinée. Et l’autre intérêt non des moindre c’est que ce permis est valable à l’international. Cette société a signé un accord qui permet aux guinéens détenteurs de ce permis de s’en servir partout où ils se trouvent dans le monde. Soit on échange avec le permis du pays ou on échange avec le permis guinéen. Aussi ça évite que les accidents ne se produisent parce que ce permis là ne se donne pas à n’importe qui », a expliqué Mohamed Keïta

En plus d’être authentique, ce document n’est pas falsifiable.  Pour son obtention, il faut préalablement passer par des tests.

« Il y’a ici des machines de dernière génération. Donc fini la fraude, c’est le permis de conduire biométrique qui va commencer en Guinée. Pour quelqu’un qui veut avoir un permis il faut passer dans une école et voir si la personne n’a pas une maladie incompatible avec la conduite. Et on t’examine si les cours théoriques et pratiques sont assimilés. C’est en ce moment seulement qu’on peut laisser la personne prendre un permis », a commenté Mômon Sacko, directeur du projet en charge.

Pour faire adhérer les citoyens à cette initiative, une campagne de sensibilisation est prévue dans les prochains jours à l’intérieur du pays, a indiqué Alhassane Kénéma, directeur général d’informafrik.

SAMUEL DEMBA DUOLAMOU    

Actualités Guinée Politique

Morcèlement des structures professionnelles : « l’Etat est à la base de cette division… », incrimine Moussa Samoura, un analyste politique

LINSAN

Les structures socio-professionnelles vont de mal en pire en Guinée. Le constat révèle qu’elles sont toutes divisées. En réalité, ce sont les citoyens qui payent le prix de cette division.

Dans un entretien accordé à la rédaction soleilfmguinee.net ce jeudi 3 mai 221, Moussa Samoura, Analyste politique et chef de département à l’Université Mahatma Gandhi de Conakry déplore cet état de fait. Il accuse l’Etat d’être à la base de cette division entre les acteurs socio-professionnels.

Depuis maintenant plusieurs années les structures syndicales, les organisations de la société civiles et les acteurs politiques sont dans une division qui ne dit pas son nom. Et pour cause la lutte des intérêts égoïstes et la préférence du gouvernement pour avoir le contrôle sur ces structures socio-professionnelles. Moussa Samoura est un analyste politique et enseignant chercheur à Conakry.

« Dans un premier temps cela découle d’une crise de confiance entre les acteurs. Et la seconde cause est la lutte des intérêts, aujourd’hui mise en avant par la stratégie même du gouvernement à appliquer et à encourager cette politique. Comme on le dit plus ils sont divisés, plus ils n’auront pas le contrôle sur la politique gouvernementale » a-t-il regretté.

Pour cet analyste politique, ces acteurs socio-professionnels doivent se battre pour le bien-être des travailleurs en particulier et des citoyens en général.

« Un militant de la société civile ou un militant du mouvement syndical est un militant qui milite pour la bonne cause. Mais, il met sa conviction afin de lutter pour la cause commune. Alors comme disait Victor Hugo ‘’ vous voulez être des grands hommes de demain, mais mourez aujourd’hui’’. Cela veut tout simplement dire qu’il faut vous sacrifier pour les autres, ceux qui resteront de vous c’est ça que les gens diront de vous », a renchérit Moussa Samoura.

 L’universitaire propose quelques solutions de sortie de crise.

 « La première des choses il faudrait d’abord que les gens fassent l’examen de confiance qui peut les amener vers une prise de conscience, dire que ce que nous sommes en train de faire n’est pas une chose qui peut nous honorer, n’est pas une chose qui peut nous grandir demain pour la prospérité. Ce qu’on dira de vous qui est positif, qui est plus important, le matériel n’est rien » a-t-il proposé.

Pour l’heure, aucune initiative n’est mise en œuvre pour le rapprochement de ces différentes organisations de la vie socio-professionnelle de la Guinée.

AMARA SIMBA

Guinée Economie

Guinée/carburant : le gouvernement procrastine-t-il ?

LINSAN

Les autorités guinéennes maintiennent finalement le prix des produits pétroliers à la pompe, c’est un ouf de soulagement pour la population. Depuis plus d’un mois les dirigeants menacent de revoir le prix du litre à la hausse, qui est vendu à neuf mille (9 000) francs guinéens dans les stations-services du pays.

En tout cas, jamais une éventuelle augmentation du prix du carburant n’a autant secoué la Guinée depuis plus d’une décennie. Interrogé par soleilfmguinee.net, le président du parti de l’unité et du rassemblement (PUR) pense que ce recul du gouvernement n’est qu’une manière de mieux rebondir.

 « Nous vouyons cela comme une sorte de stratégie et c’est du fait que les enseignants se sont lévés, les partis politiques, les couches sociales se sont lévées, ils ont donc décidé de se calmer jusqu’à ce que les examens passent », a dit Louda Baldé.

C’est pourquoi le président du PUR appel les guinéens à agir avec intélligence dans de telle situation.

« Ce que nous avons à dire aux populations, c’est de ne jamais anticiper les choses… la seule chose que la population peut faire, c’est essayer de faire une pression pacifique. Sensibiliser à travers les médias et dire aux autorités que nous ne sommes pas d’accord avec les augmentations fantaisistes », a-t-il conclut.

FATOUMATA KEÏTA

Sociétés

A la une URGENT !!! battue, elle perd son enfant

LINSAN

Une femme en ceinte a perdu son bébé suite à la bastonnade que sa belle-famille lui a infligé le samedi 29 mai 2021 à Bambéto, dans la commune de Ratoma. Soleilfmguinee.net a rencontré la victime ce jeudi 3 juin 2021. Lisez les explications.

Suite à une dispute entre la victime et sa belle-famille dont son époux. Selon Mabinty Soumah, la souffre-douleur, c’est grâce à une sage femme que sa vie a été sauvée.

C’est un fait abject dont a été victime Mabinty Soumah, jeune dame violemment bastonnée par son mari et ses belles-sœurs.  Selon elle, tout est parti de la demande d’une assistance médicale pour sa consultation. Chose qui a finalement mal tournée.

« Mon mari m’a dit qu’il n’a pas d’argent et il est allé voir sa mère. Celle-ci a commencé à me gronder, m’insulter en disant que j’ai envouté son fils. C’est là que j’ai répliqué. Et toute suite elle a fait appelle à ses filles qui n’ont pas hésité à se jeter sur moi. Elles m’ont frappé partout jusqu’à ce que j’aie perdu connaissance. C’est par après je me suis rendue à dans un hôpital parce que mon ventre me faisait très mal. Après consultation, la sage femme m’a dit que mon enfant ne pouvant pas être sauvé, elles vont se battre pour me sauver la vie », a-t-elle expliqué à soleilfmguinee.net.

Ousmane Camara, un voisin de la victime rapporte les mauvais traitements dont Mabinty Soumah est régulièrement objet.

« Cette femme est une voisine à moi. Elle n’a même pas dit tout ce qui s’est passé. Il faut lui demander réellement ce que sa belle-mère lui a fait. Je connais bien cette maman juste à chez elle à Kindia. C’est une criminelle, elle et ses deux filles », s’est écriée Ousmane Camara.

Dépassée, puis outrée par ce qu’elle a subit, la victime lance un cri de cœur afin que ces violences soient bannies dans nos sociétés.

« Ce que je souhaite, d’abord j’ai perdu mon enfant. Donc, je veux que vous contribuer à ce qu’aucune femme ne subisse ce crime plus jamais dans la vie», a insisté Dame Mabinty.

Il faut rappeler que c’est la deuxième fois de suite que Mabinty Soumah subisse de fausses couches, pour ces mêmes causes. Pour ce cas-ci, elle dit avoir saisi la Justice pour ne pas que ce crime reste impuni.

ARRY CAMARA

Guinée Actus Sociétés

A la une Guinée-Société : création d’une nouvelle confédération syndicale.

LINSAN

Création de la confédération syndicale des travailleurs de Guinée. L’accord de création a été signé ce mardi 01 juin 2021 par neuf (9) secrétaires généraux. L’objectif est d’unir les forces pour réussir des combats en faveur des travailleurs de Guinée.

Neuf (9) centrales syndicales à savoir ONSLG, UGTG, COSATREG, CGTG, CGSL, UDTG, SLECG, SYNAMIC-GUINEE et CGFOG se donnent la main pour la création de laconfédération syndicale des travailleurs de Guinée. Pour ces différentes structures syndicales, seule l’union pourrait leur rendre fort.

« Les centrales syndicales et syndicats nationaux légalement constitués décident de la création d’une confédération syndicale des travailleurs de Guinée », a déclaré Ehladj Mamadou Saliou Diallo, porte-parole de ladite confédération.

Pour Aboubacar Soumah Secrétaire général du SLECG, l’objectif de la mise en place de cette confédération est de palier aux maux dont souffrent des mouvements syndicaux guinéens.

« Nous avons jugé opportun de nous regrouper, afin de créer cette confédération syndicale. Autour de laquelle nous sommes réunis ici aujourd’hui. Nous avons analysé tous les paramètres, nous avons su que toutes les structures sociales sont divisées en Guinée »

 A peine créer, la confédération syndicale des travailleurs de Guinée se prononce déjà sur une éventuelle augmentation du prix du carburant à la pompe.  Elle déclare qu’aucune augmentation du prix carburant n’est possible.

Aboubacar Soumah, Secrétaire général du SLECG avertit les autorités de ce qui va suivre si jamais le prix des produits pétroliers grimpe en Guinée.

« Le gouvernement a compris qu’il faut maintenir le prix du carburant à neuf mille (9000) franc. Au-delà, si cela n’est pas maintenue, le mouvement syndical guinéen à travers cette confédération syndicale déclenchera une grève générale » a-t-il insisté.

A noter que le processus d’adhésion à cette nouvelle structure syndicale est ouvert à toute autre organisation syndicale des travailleurs de Guinée. En attendant, un comité est mis en place pour préparer le cadre juridique et institutionnel de la nouvelle structure des travailleurs de Guinée. Ont-ils précisé.

Amara Simba Sylla.

Actualités

Ouganda, un ministre prend une balle, sa fille et … tués

LINSAN

L’ancien chef de l’armée, actuel ministre ougandais des Transports a échappé de justesse à la mort ce mardi 1er juin 2021. Le général Edward Katumba Wamala a été blessé par balles lors d’une attaque. Sa fille et son garde du corps ont été tués selon le porte-parole du gouvernement.

La voiture de cet ancien dirigeant des forces armées de l’Ouganda entre 2013 et 2017 a été visée par des tirs lors d’un déplacement à la périphérie Nord de Kampala, la capitale, selon Chris Baryomunsi, le porte-parole.

« Le ministre a été la cible d’une attaque ce matin (…) Sa fille et son garde du corps ont été atteints par des tirs et sont morts sur place », a avancé M. Baryomunsi, selon l’ l’AFP.

« Le général Katumba a été transporté d’urgence à l’hôpital avec des blessures par balles et est soigné. Les enquêteurs ont pris en charge la scène de crime », a-t-il ajouté, « l’enquête déterminera le mobile et ceux qui sont derrière » cette attaque.

La porte-parole de l’armée ougandaise Flavia Byekwaso a confirmé l’attaque.

Des témoins ont affirmé à des chaînes locales de télévision que quatre hommes masqués se déplaçant sur deux motos ont tiré à de nombreuses reprises sur la voiture du ministre.

Des images diffusées sur ces chaînes ainsi que sur les réseaux sociaux montrent le véhicule – facilement identifiable grâce à sa plaque d’immatriculation verte réservée aux militaires – criblé de dizaines de trous.

Dans une vidéo destinée à ses enfants et visionnée par l’AFP, Edward Katumba Wamala a affirmé qu’il était blessé aux bras.

“J’ai survécu. Nous avons perdu Brenda. C’est le projet de Dieu. Je vous aime“, leur dit-il.

SOURCE : www.voaafrique.com