Soleil FM

Auteur : Linsan

Guinée Actus Sociétés

A la une Guinée/Conakry : Lutte contre le travail des enfants, l’ONG AJED fait le porte à porte

Linsan

Le 12 juin de chaque année, est célébrée la journée mondiale du « Travail des enfants ». Cette journée met un accent sur l’importance d’une éducation de base gratuite pour l’enfant et la nécessité de le soustraire des pires formes de travail afin d’assurer sa réadaptation et son intégration sociale. A cette occasion, une initiative citoyenne a fait de la ‘’lutte contre le travail des enfants’’ son cheval de bataille. Il s’agit de l’Appui Jeunes pour le Développement (AJED), qui a mené ce samedi 12 juin 2021, une campagne de porte à porte pour sensibiliser les parents dans la commune de Ratoma.

Malgré l’adoption de la convention des droits de l’enfant en 1989 par l’OIT, ce phénomène de travail des enfants persiste toujours. Ils sont partout aux ronds-points, gares routières, marchés, dans les embouteillages, ces enfants exposés sur ces lieux à revendre pour leurs parents.

Pour faire comprendre aux parents les risques de ce fléau, l’ONG AJED, a organisé une journée de sensibilisation dans les quartiers de Bambéto et Koloma.

«  On a commencé aujourd’hui par une campagne numérique avec des vidéos  de sensibilisation. D’autres personnes aussi ont fait des témoignages en invitants des parents à une prise de conscience à l’égard du travail des enfants. Cette phase consiste une sensibilisation porte à porte pour ses parents pour réduire considérablement ce fléau », a expliqué Bangaly Mara, président de la structure.

Au cours de cette journée campagne de sensibilisation, une cinquantaine de ménages, ateliers et garages ont été touchés. Selon Bintou Kaba, la vice-présidente de l’ONG, en plus de l’adhésion des parents, les résultats sont satisfaisants.

«  Je veux féliciter les parents qu’on a rencontré sur le terrain, parce que la plupart d’entre eux nous ont témoignés que non seulement leurs enfants sont scolarisés mais aussi y a le suivi. Et je crois que c’est ça le grand point. Il ne s’agit pas seulement d’envoyer les enfants à l’école, mais il faut un suivi pour ne pas qu’il soit abandonné parce qu’on voit à longueur de journée des enfants qui revendent dans la rue, parfois ils sont exposés à plusieurs formes de maltraitance », s’est-elle réjouie.  

Pour éradiquer le travail des enfants qu’il qualifie de fléau, Alhassane Diallo, chargé au projet suivi et évaluation de l’AJED prévoit des actions concrètes au-delà de la sensibilisation.

«  Après la sensibilisation, nous comptons mettre une stratégie de parrainage qui nous permettra d’identifier des enfants qui revendent de l’eau, des bavettes, et aller auprès de leurs parents afin qu’on puisse contribuer à leur scolarisation. Et un autre axe consistera à aller dans les orphelinats pour faire des dons en terme de fournitures et des prises en charge », a-t-il promis.  

SAMUEL DEMBA DUOLAMOU

Guinée Actus Guinée Politique

A la une Guinée/politique: des frustrés du RPG menacent d’investir la rue

Linsan

Le collectif des frustrés du RPG s’engage dans un bras de fer avec les responsables du parti au pouvoir dès la première quinzaine du mois de juillet. Selon le chargé à la communication du dit collectif, les démarches sont en cour afin de rencontrer le président Alpha condé. Cependant s’ils ne parviennent pas à leur objectif, ces oubliés de la mouvance vont investir la rue pour se faire entendre par le président de la République.

Depuis sa création il y a quelques mois, le collectif des frustrés du RPG arc-en-ciel peine à faire valoir leur revendication auprès du président Alpha Condé. Selon le chargé de la communication du dit collectif, s’ils ne rencontrent pas le président dans quelques semaines, ils descendront dans la rue. AbdoulayeKader Camara.

« Depuis la création du parti, l’unique raison qu’on ne cesse de revendiquer c’est de rencontrer le président de la République et tant que ce but là n’est pas atteint, on prétend manifester à partir de la première quinzaine du mois de juillet », a- t -martelé.

Selon Abdoulaye Kader Camara, tous ce qu’ils veulent c’est de rencontrer le président de la république pour lui présenter les 12 points de leur revendication.

« Y a de cela deux ou trois mois nous avions tenus une conférence à la maison de la presse de Conakry.  À l’issu de la conférence, on avait dressé un mémorandum qui avait en son sein douze points revendicatif qui devait être pris en compte. Et si nous rencontrons le président de la république, on fera cas de ces douze points afin que nous puissions entrer en possession de nos droits… », a déclaré le chargé responsable de communication du collectif.

A en croire aux propos du chargé à la communication du collectif, s’ils peinent encore dans leur démarche, c’est parce qu’il y aurait des mains noires dans ce dossier.

« On fait de notre mieux, on ménage pas mal d’efforts dans ce sens et vue maintenant qu’on nous met les battons dans les roues, il va falloir que nous nous faisons entendre d’une autre manière », a affirmé.

Le but de ce collectif est de défendre les personnes laissées pour compte et qui se sont battues pour l’avenir du parti afin qu’elles puissent être rétablit dans leur droit, à conclut Abdoulaye Camara, chargé à la communication du collectif des frustrés du RPG.

FATOUMATA KEITA

Guinée Actus Sport

A la une CRISE A LA FEGUIFOOT : une mission FIFA-CAF attendue à Conakry

Linsan

La Mission conjointe FIFA-CAF séjournera à Conakry du 21 au 24 Juin 2021. Les membres de la délégation seront connus dans quelques jours. L’annonce a été faite ce jeudi 10 juin 2021 par l’instance dirigeante du football mondial.

Dans la capitale guinéenne, la mission conjointe FIFA-CAF échangera avec tous les acteurs concernés par le processus électoral à la Fédération Guinéenne de Football, il s’agira de toutes les commissions de la Fédération guinéenne de Football, le Comité exécutif, les membres statutaires…

En savoir plus

Affaire à suivre.

KAKA KOUYATE

Guinée Actus Sociétés

A la une Insalubrité à Conakry ; Les balayeuses de Ratoma plaident pour une amélioration des conditions de travail

Linsan

Pour rendre la Capitale Conakry propre, une équipe de balayeuses est à pied d’œuvre tous les jours dans la commune de Ratoma. Elles balayent et désherbent les bordures sur le long des routes pour non seulement rendre la ville propre, mais aussi pour subvenir aux besoins de leur famille. En ce début de saison pluvieuse, ces femmes sont confrontées à plusieurs difficultés et demandent l’aide aux autorités pour une meilleure condition de travail.

La lutte contre l’insalubrité est une des tâches les plus préoccupantes en Guinée. C’est dans ce cadre que ces balayeuses opèrent depuis le mois dernier dans la commune de Ratoma. Fatoumata Traoré est l’une d’entre elles.

« Nous sommes des femmes, on ne peut pas rester comme ça bras valant. Là maintenant nous avons commencé de faire ce travail, ça nous fait plaisir même de rendre la ville propre parce qu’on est chez nous, donc l’Etat aussi doit nous soutenir, on a besoin de soutien, on est payé à 500.000fg. Si l’Etat pouvait nous aider encore à augmenter ce salaire. Nous avons perdu nos maris on n’a pas d’autres choses, notre plaisir a été que de rentrer dans ce travail » a-t-elle expliqué.

Près d’une quarantaine de femmes sont en activité ce matin de ce jeudi 10 juin 2021 sur le long de cette route de Lambanyi dans les environs de la radio soleil Fm.

Selon cette autre balayeuse, elles travaillent dans des conditions pas très favorables surtout en cette période de pluie.

 « Il faut nous aider à avoir des gants et des manteaux pour nous couvrir quand il pleut, car nous prenons de l’âge. Sinon toute la pluie qui tombe là c’est sur nous qu’elle s’abattra », a-t-elle plaidé.

En plus du manque d’équipements, ces femmes plaident pour une augmentation de salaire.

 « C’est dans ça nous trouvons de quoi nourrir nos familles. Que les autorités nous viennent en aide. Augmentez notre argent. Il y a trop de veuves parmi nous, nous n’avons pas de maison, nous payons la location », s’est-elle plaint.

Pour l’heure le contrat de travail entre ces femmes et la société qui les emploie est de quatre mois en attendant la signature d’un autre contrat.

FATOUMATA KEITA

Guinée Actus Sociétés

Dubréka : lancement de la construction du siège de la caisse nationale de sécurité sociale

Linsan

C’est dans l’ancienne cour  de la caisse que la cérémonie de pose de la première pierre du siège de la caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) s’est tenue ce mercredi 10 juin 2021.

 Sous l’honneur des autorités communales et préfectorales de Dubréka ; accompagnés du Directeur  de la caisse nationale de sécurité sociale (CNSS), Elhadj Malick Sankhon et les membres du CA de son institution. A l’instar de toutes les préfectures, il aura des bâtiments de sécurité sociale de haut standing.

Après le discours de bienvenue du Maire de Dubréka, Elhadj Mami Sény Bangoura a remercié la mission pour le choix porté sur la commune de Dubréka.

Le représentant de la caisse, Alpha Yaya a expliqué l’importance de la caisse pour les travailleurs des entreprises et unités industrielles de la localité et u pays.

Le Directeur général de la CNSS, Elhadj Malick Sankhon après avoir remercié les autorités de Dubréka, les a confié ce bijou qui sera bientôt mis à leur disposition.

Younoussa le Boss Sylla quant à lui demande surtout l’immatriculation des entreprises ainsi que leurs travailleurs, ce qui donnera la vraie importance à la CNSS insiste-t-il. 

IDRISSA LALMASS SOUMAH                                                                    

Guinée Actus

A la une Justice : Madik sans frontière écope d’un an de prison en appel

Linsan

Un an d’emprisonnement ferme contre Mamadi Condé, ‘’alias Madik sans frontière’’, c’est la décision rendue ce jeudi 10 juin par la cour d’Appel de Conakry. Il était poursuivi pour atteinte aux institutions de la République, téléchargement, diffusion et mise à la disposition des messages. Dans sa délibération, le juge audiencier Elhadj Mangadouba Sow, a infirmé le jugement rendu en première instance. Toutefois il a reconnu le prévenu coupable des faits qui lui ont été reprochés. Pour les avocats du collectif, c’est un ouf de soulagement. Amara Simba Sylla pour plus de détails.

Détenus depuis maintenant 8 mois à la maison centrale de Conakry, Mamadi Condé ‘’alias Madik sans frontière’’ vient d’être situé sur son sort.

Poursuivi pour atteinte aux institutions de la République, téléchargement, diffusion et mise à disposition des messages, ‘’alias Madik sans frontière’’ a été condamné ce jeudi 10 juin 2021 à un an de prison ferme.

Pour ses avocats, c’est une bonne nouvelle. Me Salifou Beavogui est l’un des conseils du collectif.

« Sa peine a été ramenée de 5 ans à un an et qu’il n’y a plus d’amende, je ne peux que me réjouir, dire Dieu merci. Notre appel a prospéré, par ce que si de 5 ans on vient à un an, je pense qu’il ne lui reste plus que quelques mois pour s’en sortir… », s’est-il réjoui.

Me Abdoulaye Keïta, après avoir salué la décision, a déclaré que le collectif continuera son combat jusqu’à la libération pure et simple de leur client.

« Vous savez on ne va pas commenter les décisions de la justice. Nous pensons que ‘’alias Madik sans frontière’’ doit être libéré, mais nous allons utiliser les voies de recours devant la cour suprême si le bon Dieu accepte dans un bref délai », a-t-il- précisé.

Il faut rappeler que le ministère public avait requis cinq ans d’emprisonnement ferme et une amende de cent millions de francs guinéenà l’encontre de Mamadi Condé.

AMARA SIMBA SYLLA

Guinée Actus Sociétés

A la une GUINEE/GAOUAL/OR : « Je vous assure qu’ici à Gaoual tout est arrêté… », dixit le Préfet

Linsan

L’exploitation artisanale de l’or à Kounsitel dans la Préfecture Gaoual continue d’alimenter l’actualité nationale. Cette exploitation dresse une foule venue des quatre coins de la Guinée. Certains parlent de perte en vies humaines et la surpopulation à Kounsitel.

Ce qui a amené les autorités préfectorales et régionales à fermer cette mine d’or. En dépit de cette fermeture, les rumeurs font état des opérations d’exploitation sur le terrain.

Ce jeudi 10 juin 2021 la rédaction de soleilfmguinee.net a joint le Préfet  de Gaoual, Lanfia Kouyaté qui a démenti cette information.

Les rumeurs que le préfet de Gaoual a démenti à notre téléphone.

 « Je vous assure qu’ici à Gaoual tout est arrêté, les gens ne font que se retournés dans leurs villages. Comme nous avons pour habitude d’aller sur le site les vendredi et lundi, donc les gens ont pensé que c’était un arrêt momentané, mais avec le communiqué fait par le Gouverneur de Labé renforcé ce jeudi 10 juin 2021 par le Siba Severin Loholamou, Gouverneur de la région administrative de Boké », préciseLanfia Kouyaté, le tout nouveau Préfet de Gaoual.

Le Gouverneur de Boké s’est rendu à Gaoual ce jeudi 10 juin pour s’enquérir des réalités sur les mines d’or de Kounsitel. Au bout de la ligne téléphonique, le Préfet de Gaoual relate les objectifs de cette mission de travail du Gouverneur de la Région administrative de Boké.

« Hier j’étais en mission pour deux objectifs, d’abord m’installé entant que préfet de Gaoual, nommé depuis 2 juin 2021 par monsieur le Président de la République et, après quoi transmettre le message du Gouvernement aux populations de Gaoual. Ce message est très simple, il s’agissait de dire aux jeunes orpailleurs qui ont fait le déplacement sur Gaoual, d’abord qu’ils sont chez eux, qu’ils ne sont pas étrangers ici, ils peuvent y venir quand ils veulent. Mais quant à l’exploitation abusive et désordonnée de l’or avec ses conséquences multiples, il faut se retourner d’abord et laisser le Gouvernement voir la situation. Pour le moment tout est fermé  et personne ne doit se rendre sur les lieux », a insisté Lanfia Kouyaté.

Depuis la découverte de cette mine d’or à Gaoual, en plus des orpailleurs guinéens, d’autres sont venus de la sous-région oust-africaine.

FATOUMATA NIMAGA.

Guinée Actus Guinée Politique

Assemblée nationale : l’Ambassadeur d’Iran chez Damaro pour remettre une lettre d’invitation

Linsan

Après l’Ambassadeur d’Israël le mardi 8 juin 2021, le Président de l’Assemblée nationale a reçu en audience celui de la République islamique d’Iran ce mercredi 9 juin 2021 dans la salle des actes du palais du peuple.

Les échanges entre ces deux hommes ont porté sur le renforcement des coopérations entre ces deux Etats. A cette occasion, le deuxième vice-président du parlement guinéen a reçu l’invitation de représenter la Guinée aux éventuels échanges entre ces deux Etats. 

Au sortir de la salle des actes, le diplomate iranien s’est exprimé au micro soleilfmguinee.net.

« Ces deux pays croient qu’ils peuvent bénéficier à travers leur coopération, développer leur relation d’amitié ancienne.  La République islamique d’Iran est prête à mettre en disposition ses acquis et expériences. Alors nous voulons que ces relations se développent surtout à partir de cette rencontre d’aujourd’hui », a exprimé Mohammad Hossein.

Après avoir touché en revue leur coopération, ils ont aussi parlé de d’autres secteurs qui feront l’objet des prochaines rencontres.

L’occasion était de mise pour Honorable Fodé Soumah deuxième vice-président de l’Assemblée nationale de faire de son invitation prochaine.

« A cette occasion, ces deux autorités ont fait le tour d’horizon des activités qui existent déjà entre ces deux pays. Mais également ils ont ouvert d’autres créneaux pour les départements qui n’ont pas eu encore la chance de travailler avec la République d’Iran. Sinon dans l’ensemble, tous les départements nationaux intéressent la coopération iranienne. C’est à ce titre-là, une invitation a été faite. J’ai donc le plaisir de vous annoncer que j’ai été choisi en tant que Président des groupes d’amitié pour prendre part à ces discussions qui auront lieu, et ici au niveau des départements ministériels et en Iran avec les autorités iraniennes », a précisé Honorable Fodé Soumah.

Pour boucler ces visites diplomatiques, le Président de l’Assemblée nationale Amadou Damaro Camara recevra en audience ce jeudi 10 juin 2021, la délégation de l’Union européenne au palais du peuple.

SAMUEL DEMBA DUOALMOU

Guinée Actus Sociétés

A la une GUINEE/SOCIETE CIVILE : bientôt de nouvelles têtes de la PJDD

Linsan

En prélude au prochain congrès électif de la plateforme des jeunes leaders de l’axe pour la démocratie et le développement (PJDD), le bureau sortant était face à la presse ce mercredi 10 juin 2021, pour présenter le bilan de leur activité durant les deux dernières années à la tête de cette structure. C’était à la maison commune aux journalistes de Kipé-Dadya, dans la commune de Ratoma.

Conformément aux statuts e trèglements intérieurs de la plateforme des jeunes leaders de l’axe pour la démocratie et le développement, (PJDD), le bureau exécutif est élu pour un mandat renouvelable une seule fois. Selon le Président sortant, ces quatre dernières années, l’équipe qu’il dirigeait ne peut que se féliciter des actes posés.

« 235 sorties en quatre ans. Je pense que c’est un bilan élogieux. Avec l’appui de la DSPV on a fait 13 formations dont entre autre : la vie associative, le principe du mantien d’ordre, qualification des violations et atteinte aux droits de l’homme… », S’est réjouit Ibrahima Aminata Diallo.

Cependant, il faut reconnaître que depuis sa création en 2017, cette association a pour but de faire la promotion des manifestations pacifiques, tout n’a pas été rose.

« Nous sommes partis de l’axe, une zone qui a été souvent qualifiée de zone de contestations et de violences. Vous savez, le protagonisme entre forces de l’ordre et manifestants. Ça n’a pas été facile ».

Par ailleurs la promotion de la non violence qui est le fondement même de la plateforme reste encore un défit à relever regrette le secrétaire générale de la PJDD, Moumini Barry.

« Malgré les efforts et sacrifices consentis, c’est que nous sommes dans le regret de constater que la violence continue de la plus belle des manières », se désole-t-il.

Le congrès électif pour le nouveau bureau est prévu le 15 juin 2021.

FATOUMATA KEITA

Guinée Actus Guinée Politique

Sanctions économiques contre la Guinée, Plaidoiries

Linsan

Les sanctions économiques constituent un risque considérable pour la Guinée. Depuis le 21 mai 2021, l’Union Européenne a pris des sanctions contre quelques individus impliqués dans le massacre du 28 septembre 2009. Au-delà de ces sanctions, figurent des sanctions économiques que risque de connaître la Guinée toute entière.

C’est dans ce contexte que le député français Sébastian Nadot a alerté l’U.E. sur les risques de ces sanctions. Il sollicite des sanctions économiques ciblées contre les présumés auteurs de ce massacre.

Ce mercredi 9 juin 2021, la rédaction de soleilfmguinee.net a fait réagir le Président du Forum Civil guinéen, à cette demande de Sébastian Nadot.

A propos, Ibrahima Balaya Diallo soutient l’idée de l’élu français et propose des solutions pour éviter toute sorte de sanction contre la Guinée.

Après le massacre du 28 septembre 2009, les familles des victimes continuent de réclamer justice. C’est dans ce cadre que des sanctions ciblées ont été prises par l’Union Européenne. Au-delà de ces sanctions, les euros-députés envisagent des sanctions économiques contre la Guinée.

Mais un des élus français a alerté sur les risques que prendrait l’Union Européenne en infligeant des sanctions économiques contre le pays tout entier. Suite à cette plaidoirie, le Président du forum civil guinéen soutient la même cause et qualifie de dangereuses ces types de sanctions.

 « C’est vrai que ça serait très dangereux de punir tout un pays, parce que y a une sorte de mauvaise gouvernance, je crois que la manière qui avait été proposée par le parlementaire français est une très bonne chose de cibler les gens qui sont à peu près responsables de tous ces mélimélos », a  souhaité Ibrahima balaya Diallo. 

L’activiste de la société civile guinéenne exige à ce qu’on ait des solutions pour éviter de telles sanctions désormais. Personnellement Ibrahima Balaya Diallo propose la restauration du dialogue politique. 

« Je crois qu’il faut restaurer la liberté d’expression, il faut renouer le dialogue entre les partis politiques, parce que tout est rompu, car, malheureusement qu’aujourd’hui y a un silence total, personne n’en parle. Peut-être que maintenant ces sanctions ciblées vont dissuader», recommande t-il.

Les euros-députés doivent examiner le renouvellement de ces sanctions en septembre 2021.

FATOUMATA NIMAGA