Soleil FM
Image default
Guinée Actus Guinée Politique

Coup d’Etat en Guinée/ SYN.CE.RE regrette l’obstination de la gouvernance déchue en même temps que la reprise du pouvoir par l’armée

La synergie des organisations de la société civile pour la prévention des conflits électoraux et ses partenaires  ont fait une déclaration ce mardi, au siège d’IFES à Taouyah dans la commune de Ratoma. Dans cette déclaration ils demandent au  CNRD  à multiplier les efforts pour le rassemblement des guinéens et  le respect des droits de l’homme.

Déclaration

Nous, organisations de la société civile membres et partenaires de la Synergie SYN.CE.RE suivons avec beaucoup d’intérêts et espoirs, mais non sans préoccupations, l’évolution de la situation de prise de pouvoir par l’armée depuis la matinée du 05 septembre 2021  à travers des séries de communiqués  et de déclarations.

Fidèles à notre mission, ainsi engagées depuis l’élection présidentielle du 18 octobre 2020, à œuvrer inlassablement pour la prévention et la gestion des conflits, notamment électoraux et la promotion de la bonne gouvernance par un dialogue inclusif et structuré ;

Regrettant l’obstination de la gouvernance déchue à diligenter un dialogue inclusif  et participatif pour la gestion de la crise post-électorale et l’amélioration de la gouvernance, en dépit des nombreuses démarches et propositions concrètes à cet effet;

Constatons avec regret le retour de l’armée au pouvoir favorisé par les élites du pays, après plusieurs années de sacrifices et d’engagements pour l’instauration d’une démocratie véritable ;

Tirant les leçons des nombreux rendez-vous ratés avec des discours de prise de pouvoir qui se sont soldés par la déception pour le vaillant peuple de Guinée ;

Considérant les premiers discours et actes administratifs posés de façon salutaire dans une certaine mesure, avec une forte adhésion circonstancielle exprimée ou non des différentes catégories sociopolitiques du pays ;

Observant avec vigilance les ralliements prétentieux et calculés sur fond d’intérêts et d’agendas politiciens ;

Connaissant le niveau de manipulation de l’opinion publique très poussée sur des fonds de subjectivité et à élan ethno communautaire par certains acteurs sociopolitiques ;

Vu la fébrilité économique et financière de la majorité écrasante de la population dues à la corruption et l’impunité, avec des risques élevés d’instabilités à l’interne et à nos frontières ;

Vu les échecs répétitifsde la communauté internationale à coordonner les efforts pour faire face à ces genres de situations dans la sous-région, en Afrique et de par le monde ; 

Nous, organisations de la  société civile guinéenne, à travers la Synergie SYN.CE.RE et ses organisations partenaires, invitons :

  1. Les nouvelles autorités à:

Continuer leur élan de rassemblement des guinéens dans le respect des droits humains et les principes démocratiques aussi bien dans le discours que par les actes ;

Considérer l’adhésion des populations à leur prise du pouvoir comme une circonstance atténuante et une dernière chance que leur offre l’histoire de notre patrimoine commun, mais non une opportunité d’enrichissement comme observé par le passé ;

Engager de façon incessante des consultations inclusives avec l’ensemble des catégories sociopolitiques du pays et les partenaires pour définir la feuille de route de la transition;

Etre vigilantes face aux ralliements à relent démagogique et politicien;

Faire bénéficier  le peuple d’une justice indépendante et efficace pendant cette période de transition comme un levier de jalons d’un Etat de droits ; 

  • La classe politique

De mettre fin pour une fois, aux combines sur fonds d’appétits égoïstes visant à instrumentaliser les différents rendez-vous de la République avec son histoire ;

D’éviter de construire des opinions publiques sectaires ou orientées contre l’intérêt de la nation pour des intérêts pécuniaires ou bassement partisan;

  • La Société civile et les lobbyings médiatiques à :

Evaluer les impacts des déclarations et émissions à grande écoute sur la vie de la nation pour ainsi s’affranchir des agendas politiques et la course au luxe;

Etre vigilants contre toute tentative d’abus de pouvoir ou de détournement de la transition contre la République ;

  •  La communauté internationale à travers la CEDEAO, l’UA et l’ONU

A restaurer son image et se réinventer à partir de cette situation guinéenne, ainsi considérer la transition comme une feuille de route à exécuter et non une course contre la montre au nom des agendas improductifs.

Vive l’unité nationale,

Vive la démocratie,

Vive le bien être pour toutes les guinéennes et tous les guinéens.

Vive la coopération internationale 

AMARA SIMBA SYLLA

Laisser un commentaire

9  +  1  =