Soleil FM
Guinée société Infos

Covid-19 et Cours en ligne en Guinée : Des acteurs sociaux sceptiques face au projet

Les cours en ligne vont démarrer en Guinée à partir du 27 avril prochain à la Radio et le 4 mai à la télé pour soulager une catégorie d’élèves. La phase pilote de ce projet gouvernemental vise à soutenir les apprenants aux examens nationaux en cette période de fermeture des classes liée à la crise sanitaire provoquée par le COVID-19. Les acteurs sociaux s’interrogent sur la fiabilité d’une telle initiative. Pour Dansa Kourouma, le président du conseil national des organisations de la société civile guinéenne, le pays n’est pas encore prêt à expérimenter un tel projet.

Sans une éducation de qualité, aucun progrès économique et social n’est possible et même si par miracle il devient possible, il n’est pas durable. C’est pourquoi, le président du CNOSCG doute de la fiabilité des cours en ligne et estime que les conditions ne sont pas créées à temps pour une expérimentation en Guinée.

« La guinée n’est pas prête pour expérimenter les cours en ligne, le Président de la République avait dédié une bonne partie de son projet de société à la modernisation et à l’accès du système éducatif aux nouvelles technologies de l’information et de la communication et ce programme a échoué par la simple volonté des hommes qui l’entourent, des ministres. » a dénoncé le président du CNOSC, Dansa Kourouma. 

Plus loin, notre interlocuteur soutient que la qualité et le niveau d’accès à la connexion internet constitueront des obstacles dans la compréhension des enseignements à donner aux élèves.

« Pour parler des cours en ligne, il faut des capacités en termes d’accès à l’internet et vous voyez le système internet guinéen est complètement contrôlé par des sociétés commerciales. On peut essayer avec les capacités disponibles mais beaucoup d’élèves n’auront pas la possibilité de bénéficier de ces cours. » a martelé Docteur Dansa Kourouma.

Bien qu’il soit dubitatif quant à la tenue des cours en ligne, Dansa Kourouma ne perd pas d’emblée espoir et fait des recommandations aux autorités éducatives. « L’Etat doit prendre ses responsabilités d’accompagner les enseignants surtout les enseignants privés pour que des exercices soient donner aux élèves. Donc je pense qu’avec une très bonne communication et l’adhésion des parents d’élèves, on peut toujours expérimenter ça. » a souligné l’activiste de la société civile guinéenne.

Amadou Oury Touré

Related posts

Fermeture des marchés ou des boutiques ? le ministre du commerce apporte des précisions

soleilfm935

« Une meilleure prise en charge des femmes et des filles est gratuite sans compter aussi la gratuité des soins » dixit la directrice nationale de la santé familiale et de nutrition

soleilfm935

Fête de Noël: 25 décembre, une date, une histoire…

tsegbaya