Guinée Economie

Économie: Les pêcheurs artisanaux se plaignent du racket par la gendarmerie maritime

today26 juin 2024 12

Arrière-plan
share close

Les pêcheurs artisanaux se plaignent ces derniers temps de certaines tracasseries en haute mer. Ils accusent la gendarmerie maritime de leur soutirer de l’argent pour non-port du gilet de sauvetage. Selon le chef du port de Kaporo, le ministère de la pêche, de l’aquaculture et de l’économie maritime ne fournit pas assez d’efforts pour leur permettre d’obtenir cet outil indispensable de travail.

 

Les pêcheurs artisanaux du littoral ne savent plus à quel saint se vouer. Ils se plaignent de la gendarmerie maritime qui les colle à la peau pour une affaire de gilet de sauvetage alors qu’ils n’en ont pas pour tout le monde. Pour le chef du port de Kaporo, c’est pourtant le département de tutelle qui devrait leur en fournir en quantité suffisante. Marouf SOUMAH.

« Ça nous a même surpris, l’affaire de gilet de voir des vedettes en mer à cause du gilet. C’est la première fois, nous leur demandons de se retirer de ce côté-là. Pour agir d’abord tu donnes le matériel aux pêcheurs s’ ils refusent de porter là vous pouvez agir, mais dire seulement à cause du gilet, on avait demandé où se trouve le gilet à vendre y’a pas de boutiques seulement l’Etat qui amène les gilets. »

 

Notre interlocuteur s’est montré visiblement remonté contre la gendarmerie maritime qui les verbalise souvent pour non-port de gilet.

« On fait des interventions, on va, on leur prie, une back toute la journée là-bas si vous ne donnez pas il ne vous lâchera pas, il faut donner quelque chose à tout moment c’est ça. Ils vont demander 4 bidons de carburant, 3 bidons de carburant, 5 bidons de carburant vous leur donner et puis il vous laisse, de fois vous donner la valeur y’en a qui ont donné 1.000.000 FG, y’en a qui ont payé 500.000FG, y’en a qui ont payé 800.000FG. »

 

Marouf SOUMAH, lance un appel aux autorités pour remédier à leur souffrance.

« Nous sommes des Guinéens comme eux, affaire de papier on leur donne raison, mais affairent de gilet là ils ne peuvent pas avoir raison, parce que y’a pas où vendre le gilet; ils n’ont pas donné de gilet aux pêcheurs, de laisser ce problème. »

 

Selon le chef du port, pour plus de 500 pêcheurs artisanaux à Kaporo, le département n’a donné que 30 gilets.

 

Alhassane CONDE, Soleil fm

Écrit par: Louis Oscar LOBE MOUKOURI

Rate it

Commentaires d’articles (0)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires


0%