Soleil FM
Guinée politique Infos

Grève du SLECG- Crise politique : le cri de cœur des citoyens !

La grève du SLECG et les émeutes suite à l’installation des conseillers à la tête des mairies, sont différents évènements  au centre de la crise politique  guinéenne. Interrogés ce jeudi 18 octobre, les citoyens de Conakry disent être dans l’amertume. Ils déplorent la situation actuelle qui prévaut en Guinée et demandent aux autorités de faire de leur mieux pour y remédier.

Fodé Sidibé : « En Guinée, on ne veut pas la guerre, ni la bagarre. Pour ces histoires de grève,  laissons tomber. Malheureux sont ceux qui n’ont pas de moyens pour envoyer leurs enfants dans les écoles privées. Le pire, c’est ces mêmes enfants qui seront dans les marchés avec des assiettes sur la tête ».

Women Kpohomou : « Je demande au Gouvernement et aux Syndicats de trouver un terrain d’attente pour nous sortir de cette crise. C’est très dommage de voir ses enfants à la maison, tandis que les autres étudient. Et d’ailleurs, ceux qui n’étudient pas pourraient se révolter contre les autres écoles en se servant de la violence. Ce qui pourrait faire des victimes surtout ces enfants innocents qui ignorent les émeutes ».

Souleymane Diallo : «  … les syndicats ont remué terre et ciel pour obtenir quelque chose dans leur combat, mais l’Etat est resté muet jusqu’à présent. Et très malheureusement, je constate que ce sont les enfants des écoles privées qui étudient, contrairement à ceux du public, parce que leurs parents n’ont pas les moyens pour les inscrire dans les privées. J’aurais souhaité que l’Etat réagisse positivement à cette situation. (…) avec les installations des conseillers communaux, c’est très dommage que les gens s’entre-tuent. Comme pour dire que jusqu’à présent, le peuple de Guinée ne connait encore les élections ».

Mohamed Touré : «  Il faudrait que le Gouvernement réfléchisse à ces crises pour nous sortir de cette impasse. Je pense que pour tout développement, il faut une bonne éducation. L’Etat devrait se sentir dans la peau de ces élèves et ces enseignants, car nous savons comment les enseignants sont mal payés. Pour l’installation des conseillers communaux, je demande une transparence dans les urnes ».

 

SAMUEL DUOLAMOU

Related posts

Maroc-UE : le nouvel accord de pêche enfin validé (jeune-Afrique)

tsegbaya

Le RPG arc-en-ciel prépare activement l’an 60 de la Guinée !

tsegbaya

Alpha Condé au siège du RPG: « celui qui organise les manifestations, s’il y a des casses c’est toi qui va payer»

tsegbaya