Soleil FM

Grève du SLECG: des enseignants condamnés par le TPI de Kaloum

Guinée économie Infos

Après avoir passé quatre jours à la maison centrale de Kaloum, les enseignants arrêtés lors du sit-in tenu jeudi dernier à Kaloum, ont été condamnés à six mois de prison avec sursis. L’audience s’est déroulée au tribunal de première instance de ladite commune.

Malgré son emprisonnement, Banné Kani Sangaré, l’un des membres de la cellule de communication du SLECG détenus, se dit à nouveau motivé pour mener le combat. Pour lui, un enseignant dont le salaire est gelé ne peut pas faire face à une amende.

« Dire que je suis condamné à six mois de prison, je vais continuer mon combat avec le SLECG, parce que nous voulons une meilleure condition de vie des enseignants. Cet emprisonnement nous a d’ailleurs donné plus de force et d’amour pour notre mouvement. Comment peut-on infliger une amende de 500 à 1000000 GNF à un enseignant dont le salaire est gelé? Cela est inconcevable, on ne peut pas payer ! », a-t-il déclaré.

Pas de découragement dans la lutte pour les 8 millions comme salaire de base ! C’est ce que dit cet autre enseignant.  Yènè Joseph Traoré : « Nous irons jusqu’au bout. Parce que nous voulons que le gouvernement lui-même soit le premier à respecter la loi de notre pays. Et si vous regardez la loi L 028, ce n’est écrit nulle part qu’elle est le complément du code de travail, ni geler le salaire d’un gréviste et encore remplacer un gréviste par un autre, ce qui est entrain d’être violé par le gouvernement ».

 

Aboubacar Soumah, présent au cours de l’audience a dénoncé les arrestations des enseignants, qui pour lui, réclament leur droit « J’ai vu aujourd’hui un procureur et un président qui maîtrisent le droit. Je suis content parce que nos camarades sont libérés. Et pourtant, ils étaient entrain de manifester leur droit devant les autorités compétentes. C’est injuste de geler leur salaire. Pendant ce temps, nos camarades de Coyah et Kindia ont été pourchassés et arrêtés ».

 

Le SLECG comptait se retrouver ce mardi à son siège pour tirer les leçons des deux derniers sit-in. Mais finalement, la rencontre n’a pas eu lieu.

 

SAMUEL DUOLAMOU

 

 

Articles Similaires

Négociations syndicat-gouvernement : les ligne n’ont pas bougé

tsegbaya

Laeticia dans une idylle amoureuse ??

tsegbaya

Pourquoi le SLECG version Soumah met fin à son affiliation à la structure syndicale de l’USTG ?

tsegbaya