16 juin 2019
Soleil FM

Insalubrité : les jeunes de Yimbaya très en colère !

Guinée société Infos

Vendredi 4 janvier aux environs de 6 heures du matin, des citoyens très en colère ont pris d’assaut la principale rue du quartier de Yimbaya. Ils protestaient contre l’insalubrité dépassée de leur localité. Pour manque de dépotoirs ou de lieux de collecte de déchets, les manifestants ont déversé les ordures sur la bitume. Une situation qui a du coup empêché les usagers de vaquer librement à leur occupation. Rencontré sur les lieux après la scène, Oumar Tounkara syndicat de Matoto explique. «  Depuis hier, j’ai été informé par les camarades et ce matin, j’ai vu effectivement que les jeunes ont barricadé la route. Et c’est les ordures qu’eux même produisent, qu’ils font sortir de leur maisons et déverser sur le trottoir et ils incombent la responsabilité à l’Etat. C’est anormal », a t-il expliqué.

Au lieu d’empêcher les citoyens de partir à leur occupation, le mieux est d’alerter les autorités en charge de cette gestion, propose notre interlocuteur. «  S’il y’a des ordures sur la route, ils peuvent aller tranquillement dans la commune, ou voir les autorités ou même les chefs de quartier, au lieu d’empêcher les usagers », ajoute Oumar Tounkara.

Cette colère des manifestants n’a durée qu’une demi-heure. Les manifestants  ont été dispersés à coup de gaz lacrymogène par les forces de l’ordre. Youssouf Koita est magasinier de ce marché. «  Le quartier c’est pour nous tous, et c’est la route nationale. Les hauts cadres de ce pays y pratiquent. Il ne faudrait pas que le gouvernement nous oublie ici,  pour ne pas tomber malade à cause de ces ordures. » a t-il déploré.

 

SAMUEL DUOLAMOU

Articles Similaires

Edif PIAF continue de vivre à travers sa musique classique !

tsegbaya

Décès de Joseph Sagno : voici le programme des obsèques

tsegbaya

« Nos jeunes refusent de se former … , c’est ce qui les retarde  », dixit Didier Drogba

tsegbaya

Petit-Simbaya : le centre Al-Hadith et mémorisation du  saint coran partis en fumée

tsegbaya

Aucun développement n’est possible sans la paix, rappelle la société civile

tsegbaya

N’Zérékoré : une trentaine d’acteurs de la société civile formés en techniques de monitoring et d’observation des procès

tsegbaya