21 janvier 2019
Soleil FM

Journée internationale des droits de l’homme : ce qu’en pensent des guinéens !

Guinée société Infos

Ce lundi 10 décembre, journée internationale des droits de l’homme des citoyens de la capitale se sont prononcés sur la question. Ils donnent leur impression sur le respect ou non des droits de l’homme en Guinée.

Sow Aliou « Tout homme a droit à une vie, à une justice, à se nourrir, à se vêtir, à une bonne santé. Personne ne doit se rendre justice dans un pays, n’importe lequel non plus. Aussi, personne ne doit être accusé de quelque chose qu’il a commis sans être jugé. Pour cela, les droits de l’homme doivent être stricts et respectés dans tout pays normal. Mais je suis désolé de le dire, aujourd’hui  dans mon pays la Guinée, de 1958 à nos jours,  les droits de l’homme sont violés »

Lamah PAUL : « je suis vraiment touché parce que mes droits sont violés en Guinée. J’ai été victime de ça, nous avons été arrêtés par l’interpole qui est venu sans mandat d’arrêt, nous chercher. On était mal placé. Ils nous ont tous ramassé. On a réclamé nos droits, demandé à ceux qu’on soit interrogés, mais en vain. Ils nous ont tabassé. On est allé faire 3 jours de garde-à-vue pour rien. En Guinée, sincèrement les droits de l’homme sont bafoués »

Aboubacar Kéita « Mon sentiment  par rapport aux droits de l’homme, la première des choses, c’est  expliquer le droit aux citoyens. Parce que la majeure partie est analphabète et ne connait pas son droit. C’est pourquoi les militaires arrivent à abuser d’eux. Si les citoyens connaissent leurs droits, ils ne se laisseront pas duper. Deuxièmement, il faut former les militaires et les forces de l’ordre parce qu’on considère la gendarmerie, la police  et l’armée comme dépotoir. C’est-à-dire que les enfants qui ne son pas canalisés dans la famille, il faut les mettre dans l’armée. Et ce sont des gens qui font des abus. Donc, il faut former les forces de l’ordre, qu’ils sachent qu’ils sont là pour nous. Ils ne sont pas là contre nous. Ils doivent alors nous protéger.

Dr DIALLO Boubacar Bobo : « les droits de l’homme incombent à nous citoyens comme ils incombent aussi à l’Etat  qui en est garant. Quand on prend les différents régimes selon notre approche, on va dire qu’il y’a une certaine amélioration ces derniers temps. Mais il y’a eu beaucoup de cas de violation des droits de l’homme dans notre pays et ça continue à se passer. A mon avis,  je demanderai au gouvernement de prendre des dispositions et de rendre la justice indépendante, c’est à dire autonome et que la justice prenne tous les citoyens égaux en droit »

                               
                              Abdoulaye Diallo

Articles Similaires

What’s On The Horizon For Men’s Fashion This Fall

admin

Bagarre à l’aéroport d’Orly : les rappeurs Booba et Kaaris restent en prison

tsegbaya

Présidentielle au Mali : à qui le fauteuil ?

tsegbaya

Aboubacar Soumah au premier ministre Kassory : « je crois qu’il doit réviser ses leçons de droit »

tsegbaya

Décès de Joseph Sagno : voici le programme des obsèques

tsegbaya

L’opposition pourra-t-elle encore réussir ses marches en Guinée ?

tsegbaya