Guinée politique Infos

La CG-CPI invite la Guinée à l’indemnisation provisoire des victimes et à l’ouverture du procès du 28 septembre 2009

Ecouter l'article en format audio

La coalition guinéenne pour la cour pénale internationale a tenu ce mardi une conférence de presse à la maison commune aux journalistes, à Kipé dans la commune de Ratoma. En toile de fond, apporter son soutient à la cour pénale internationale et appeler le gouvernement guinéen à l’indemnisation provisoire des victimes du massacre du 28 septembre et à l’ouverture de ce procès.

Malgré des insuffisances de la Cour Pénale Internationale à ce jour, elle est la seule juridiction pénale internationale permanente et compétente pour juger les crimes contre l’humanité, les crimes de génocide et les crimes de guerre dans le monde. De ce fait, la CPI doit avoir un apport essentiel dans l’affaire des massacres du 28 septembre 2009.

« La coalition guinéenne pour la cour pénale internationale soutient la CPI afin qu’elle soit indépendante, efficace, impartiale et universelle. Lance un appel au gouvernement guinéen, au comité de pilotage, aux partenaire bi et multilatéraux pour l’indemnisation provisoire des victimes des massacres du 28 septembre et l’ouverture d’un procès juste et équitable en Guinée », a plaidé Makhissa Bangoura, membre de cette coalition.

Selon le Président de la coalition guinéenne pour la cour pénale internationale, en plus de l’urgence, il est plus qu’important que le procès des massacres du 28 septembre 2009 se tienne en Guinée « Pourquoi nous soutenons que le procès des massacres se tienne en Guinée ? Parce qu’il y a beaucoup de victimes, il y a aussi le temps écoulé 13-14 ans bientôt. Donc si on envoie l’affaire à la CPI, cela va faire 10, 15 à 30 ans et beaucoup de victimes ou acteurs seront fatigués ou seront morts » a souligné Me Hamidou Barry.

A en croire aux propos du Président de la coalition, la tenue de ce procès n’est plus qu’une question de quelque mois, car les travaux de construction du bâtiment devant abriter ce procès est presqu’à terme.

Fatoumata Keita

Articles similaires

Guinée – la rentrée parlementaire décalée: « il n’y a pas de péril en la demeure », estime le juriste Mamady 3 Kaba

tsegbaya

Destitution de Kèlèfa sall : l’UFDG cite le président Alpha Condé comme parrain des frondeurs

tsegbaya

Marche de l’opposition républicaine : le contre-pouvoir parle de tentative d’assassinat  de Cellou Dalein et de Faya Millimono

tsegbaya