18 décembre 2018
Soleil FM

La SAGO lutte pour zéro cas d’anomalies dans la grossesse jusqu’à l’accouchement

Infos santé

Fin ce mercredi 28 novembre à Conakry du 15ème congrès de la Société Africaine  de Gynécologie d’Obstétrique. ‘’La santé maternelle et néonatale’’, a été le thème débattu durant  trois jours de rencontre. L’objectif est de prévenir toutes anomalies chez les femmes enceintes jusqu’à l’accouchement.

Ce forum a réuni plusieurs experts gynécologue et pédiatres de l’Afrique. Durant ces différentes rencontres, ils ont échangé sur la problématique de la santé de la femme en état de famille. Docteur Amadou Dolo, professeur d’université et ancien secrétaire général de la Société Africaine  de Gynécologie d’Obstétrique explique : « Nous venons de clôturer les objectifs du millénaire pour le développement. Nous en avons souscrit pour nos pays avec une réduction de  ¾ des taux de mortalité maternelle. On s’est rendu compte qu’à part le Cap-Vert, Guinée Equatoriale et Rwanda, aucun des autres pays n’a atteint cet objectif ».

Pour lier la théorie à la pratique, ces médecins de l’OMS ont fait le tour dans certains centres de santé et hôpitaux de la place. Docteur Valentin Guilavogui parle des difficultés rencontrées dans ces centres. « L’une des difficultés, c’est la sensibilisation de la femme en âge approprié avant de toucher la femme enceinte. Dans les centre de santé, en plus des problèmes de communication, y’a celui de l’approvisionnement ou la prise en charge des enfants hospitalisés. Donc, ce sont entre autres problèmes qui sont exposés à table et qui sont entrain d’être débattus ».

Docteur Valentin Guilavogui revient pour parler des dispositions à prendre pour prévenir ce problème. « Il y’a quatre piliers à respecter : 1-la prévention primaire de la femme en état mais aussi les hommes. Le plus important ; est que le couple soit infecté. 2- la prise en charge des grossesses non désirées ; 3- la coordination de charge totale du couple séropositif ou alors du couple séronégatif »

 

Cette rencontre s’est terminée par des échanges d’expériences sur l’infertilité dans un couple qui amène souvent les deux partenaires à se rejeter la responsabilité.

 

SAMUEL DUOLAMOU

Articles Similaires

Mines : Une approche responsable dans le traitement de l’or pour les exploitants artisanaux

tsegbaya

La vaccination : un droit pour les enfants

tsegbaya

Rentrée scolaire 2018-2019, l’Etat n’est pas prêt non plus ! (Images)

tsegbaya

Guinée : Bras de fer entre le pouvoir et l’opposition républicaine

tsegbaya

1er décembre 2018 : la Guinée au rendez-vous de la journée mondiale de lutte contre le VIH-SIDA

tsegbaya

Ville-morte de l’opposition : jeunes de l’axe Le Prince et forces de l’ordre s’affrontent à nouveau !

tsegbaya