20 juin 2019
Soleil FM

Le pacte mondial pour des migrations sures, ordonnées et régulières adopté à Marrakech

Infos Monde

Les
Nations Unies veulent réguler la migration dans la monde. En raison de
l’ampleur du phénomène, une prise en main s’impose estime Louise Arbour,
sécrétaire générale de la conférence pour l’adoption du pacte mondial pour une
migration sure, ordonnée et régulière. Le pacte, fruit de 18 mois d’intenses
travaux apportent justement des réponses spécifiques au traitement des
migrants.

Le pacte est une initiative des pays membres des Nations Unies. Selon
l’organisation mondiale de la migration (OIM), c’est un document fédérateur
régissant la gouvernance mondiale des migrations grâce à un ensemble de
principes communs, d’engagements et d’accords. Il s’appui sur la déclaration
universelle des droits de l’homme.

Le pacte sans être contraignant met l’accent sur les droits et les besoins
des migrants. En effet, tout migrant, qu’il soit légalement ou pas établi dans
un pays, a des droits fondamentaux. Le pacte, tout en permettant aux différents
Etats de jouir pleinement de leur souveraineté nationale, les invite à garantir
la sécurité et le respect de la dignité des migrants.

« Le pacte n’impose pas des politiques migratoires aux pays. C’est un
document de coopération internationale
 » a réaffirmé Antonio Guterres, sécrétaire général des Nations
Unies. 

Ce pacte qui s’appui sur les autres traités internationaux en la matière constitue
un cadre où les pays peuvent collaborer, échanger et agir ensemble face au
phénomène de la migration. Aucun état n’est aussi puissant pour prétendre
relever seul le défi de la migration actuelle a précisé la présidente de
l’assemblée générale des Nations Unies, María Fernanda Espinosa Garcés.

Le pacte est signé à un moment historique. En effet, l’humanité célèbre en
ce mois les 70 ans de l’adoption de la déclaration universelle des droits de
l’homme. « Adopter ce pacte est le meilleur hommage qu’on peut rendre aux 70 ans
d’anniversaire de l’adoption de la déclaration universelle des droits de
l’homme 
» a déclaré María Fernanda Espinosa Garcés.

Le pacte mondial a été formellement adopté par les états membres. Au nombre
d’une centaine, les pays favorables au pacte se disent satisfaits. Ils estiment
que l’adoption de ce pacte constitue un tournant décisif dans la promotion
d’une migration choisie et non par nécessité.

« les migrations doivent avoir un visage humain. Il vaut donc la peine de
se battre pour ce pacte
 » a déclaré Angela Merkel, la chancelière
allemande en réponse aux pays du nord qui ont rejeté le pacte et qui ont décidé
de pas répondre au rendez-vous de Marrakech.

Pour le Portugal, représenté à cette rencontre de haut niveau par son
premier ministre, la mobilité humaine est à l’origine du développement
socioéconomique.

« Les migrations pourront favoriser la croissance économique si elles
sont bien gérées
 » a expliqué Antonio Costa, premier ministre
portugais

Une déclaration soutenue par les propos le représentant de l’organisation
internationale des employés, porte-parole du secteur privé à la conférence. Plusieurs
entreprises dans les pays du nord comme du sud font face à une pénurie de
talents. Le pacte de Marrakech peut justement apporter une réponse à cette
problématique en garantissant une migration plus régulière, sure et ordonnée.

Le pacte est donc adopté, mais c’est maintenant qu’il faut travailler. « le pacte mondial contient des promesses.Mais l’histoire sera juge. Il est donc tôt de se réjouir, c’est le moment detravailler à garantir le respect engagements pris ici » a déclaré le représentantdu Roi Mohamed VI du Maroc.

Afiwa Mata

Articles Similaires

Gouvernement –Syndicat des enseignants : le SLECG suspend sa participation aux négociations

tsegbaya

MCIA – la Guinée renforce sa coopération avec le gouvernement japonais

tsegbaya

Alpha chez Sydia ce vendredi 10 août : simple visite de courtoisie ?

tsegbaya

Yomou/ la préfecture coupée du reste de la région : le CCDI brise le silence et menace

tsegbaya

Lengué d’or : les organisateurs annoncent la troisième édition

tsegbaya

Assainissement à Sonfonia : la population déplore le non-ramassage des ordures

tsegbaya