Guinée politique Infos

Le syndicat de la presse s’insurge contre la condamnation de trois journalistes par le TPI de Kaloum

Le syndicat des professionnels de la presse privée de Guinée (SPPG) fustige la condamnation de trois journalistes de la Radio Nostalgie par le TPI de Kaloum. Dans une déclaration rendue publique ce jeudi à la maison de la presse de Kipé-Dadya dans la commune de Ratoma, le SPPG dénonce la violation de la loi sur la liberté de la presse par le juge audiencier.

Il s’agit de Thierno Madiou Bah, Sidy Diallo et Ibrahima Lincoln Soumah condamnés à deux mois de prison avec sursis et au paiement de 500 mille franc guinéen chacun. Dans sa décision, le juge Abdoul Gadiry Diallo a retenu dans les liens de la culpabilité les trois confrères pour des faits de diffamation et complicité.

Pour Sékou Pendessa Camara premier secrétaire chargé de la négociation au SPPG,  le juge n’a pas une  connaissance sur la loi L002 qui sanctionne un journaliste en cas de faute lourde dans l’exercice de son métier « aujourd’hui la question n’est pas de dire est-ce-que nos confrères maitrisent la loi L002, ce n’est pas ça le problème. C’est qu’on se demande, est-ce-que le juge-là connait l’existence de la loi L002, à plus forte raison la maitrisée.  Puisque  tu ne peux ignorer quand même c’est le principe élémentaire… ».

Selon la secrétaire générale du SPPG, l’heure est à la cohésion des hommes de médias pour lutter contre l’injustice dont ils sont victimes. «  le SPPG demande à tous les hommes de medias de se mobiliser contre cet acte, qui en réalité n’est qu’un coup d’essai pour ceux qui veulent museler la presse dans notre pays, si cette condamnation à la prison avec sursis passe aujourd’hui, ils prononceront demain une peine à la prison ferme. La menace est d’autant plus réelle que trois autres journalistes ont leurs dossiers pendant devant le même tribunal de Kaloum » s’est insurgée Diaraye Guirassy.

Diaraye Guirassy  a profité de l’occasion pour appeler au professionnalisme et à la responsabilité des hommes de média. « Chez le syndicat nous essayerons quand même de faire en sorte le journaliste soit responsable, qu’il soit professionnel, parce que c’est ton sens de responsabilité morale et l’éthique qui te pousse à agir dans les normes ».

Le SPPG par la voix de sa secrétaire générale n’exclut pas  d’organiser un sit-in devant le TPI de Kaloum dans les prochains jours pour exprimer sa désapprobation. 

Amara Simba Sylla

Related posts

Report des élections : le CAR donne un ultimatum au Chef de l’Etat

tsegbaya

Ligue pro-guinéen : voici ce qui est sortie de la rencontre du bureau exécutif de la LGFP et des dirigeants des clubs de L1 et 2

tsegbaya

Santé : le ministère de la santé fournit des moustiquaires à la population

tsegbaya