Soleil FM
Guinée société Infos

Les Guinéens mesurent-ils la gravité du COVID-19 ?

A travers les actes que les gouvernants et les gouvernés posent mutuellement, cela prouve à suffisance que non.

Cet état de fait favorise encore plus la propagation de cette pandémie que le monde entier est entrain d combattre. Pour preuve la Guinée est en phase de tenir la tête des pays les plus touchés en Afrique de l’ouest car les chiffres sont édifiants. Qu’elle devrait être la partition de chacun et de tous pour enfin fléchir la courbe de cette pandémie en Guinée ? Les grognons se sont exprimés sur le sujet sur Soleil FM ce jeudi 14 mai 2020.

Depuis l’apparition du COVID 19 en Guinée, le taux de personne infectées augmente considérablement, malgré les nombreuses mesures sanitaires décrétées par le chef de l’état. A la question de savoir est ce que  les guinéens mesurent la gravité du COVID -19 Sidiki Sidibé répond.

« Je dirai directement non! Parce que tout ce qu’on a fait jusque-là, où est le résultat ? Tous les jours les chiffres vont croissant, cela veut dire que notre capacité de riposte est nulle. En plus il y a peu d’information, nous avons un pays qui a un taux d’analphabétisme très élevé ».

Pour cet autre grognon, l’indiscipline des citoyens  est la cause de la persistance de cette maladie dans le pays. Selon Pascal Guilavogui, l’Etat ne peut pas faire la chasse aux sorcières à tout moment.

« C’est vrai qu’au début les autorités ont manqués de vigilance mais quoi qu’il en soit nous devons reconnaitre qu’il ya des efforts de sensibilisation qu’ils font. Mais c’est parfois aussi l’indiscipline de nous, citoyens. On ne peut pas mettre les policiers derrières les 12 millions de guinéen, donc à un certain moment c’est un problème de conscience ».

Selon Moussa Sacko, l’Etat ne doit pas avoir d’état d’âme par rapport à la gestion de cette pandémie surtout vis-à-vis de ceux qui ouvrent les mosquées.

« Ceux qui pensent qu’ils peuvent aller ouvrir les mosquées sans l’autorité du pouvoir central je pense que c’est une déchéance inouïe. C’est fait à dessein, lorsque les forces de l’ordre iront réprimander les réfractaires on va dire qu’ils sont rentrées dans les mosquées ils ont bastonné les imams. L’Etat ne doit pas avoir d’Etat d’âme par rapport à la gestion de cette maladie ».

Il faut rappeler que la maladie du Coravirus est une réalité en Guinée. Pour l’éradiquer, nous devons respecter les gestes barrières et les mesures décrétées par Le gouvernement.

Esther Lamah

Related posts

Algérie: le président Abdelaziz Bouteflika va démissionner avant le 28 avril

tsegbaya

Mali : décès de l’écrivain et homme politique Seydou Badian Kouyaté

tsegbaya

Sport/football/Coupe CAF : Le Santoba coule à Abidjan

tsegbaya