Soleil FM
Guinée politique Infos

L’UFR réagit à la sortie du Président de la République : «Celui qui viendra installer des bureaux dans votre secteur, cassez-lui la gueule»

L’Union des Forces Républicaines appelle ses militants à se tenir prêts, pour boycotter les élections législatives couplées au référendum le 1er mars 2020. Au cours de son assemblée générale ce samedi 22 février 2020, le parti de Sidya Touré a fustigé les propos du chef de l’Etat invitant ses militants de fouetter tous ceux qui tenteront d’empêcher les élections à venir.

Cette assemblée générale de l’Union des forces républicaines a débuté par l’observation d’une minute de silence en la mémoire du jeune tué jeudi 20 février 2020 à Wanindara. En prenant la parole, le premier vice-président du parti, n’est pas allé du dos de la cuillère pour exprimer son opposition aux élections législatives couplées au référendum le 1er mars prochain : « Nous allons tout faire pour empêcher les élections législatives couplées au référendum le 1er mars 2020. Le 1er mars il n’y aura pas de vote en Guinée, personne ne votera », déclare honorable Ibrahima Bangoura.

Dans la même lancée, Ahmed Tidiane Sylla, responsable de la communication de l’UFR, quant à lui, a d’abord retorqué aux propos du président de la République en tournée en haute Guinée, avant de lancer cet appel : « Alpha a déclaré en Haute Guinée, de recruter dix jeunes par bureau de vote, pour dire ceux qui viendront dans les bureaux de vote, frappez-les. Alors nous, nous disons : celui qui viendra installer les urnes dans votre quartier, celui qui viendra installer des bureaux de vote dans votre secteur, cassez-lui la gueule. Il n’y aura pas d’élections le 1er mars en Guinée », affirme-t-il.

S’agissant de l’arrestation de certaines femmes de l’UFR, membres du Front National pour la Défense de la Constitution lors de la dernière manifestation du FNDC à Matam, honorable Hadja Aïssata Daffé a laissé entendre qu’elles ont été injustement interpellées par les forces de l’ordre. Ce qui constitue pour elle, deux poids deux mesures : « C’est vraiment regrettable, la démocratie est en reculons dans notre pays. Eux-mêmes, ils ont dit : ceux qui veulent dire oui à la nouvelle constitution peuvent manifester et ceux qui veulent s’y opposer peuvent dire aussi non à travers les manifestations. Même lors du référendum de 2002, l’opposition en a fait autant face au Parti de l’Unité et du Progrès-PUP. Ils ont arrêté certaines femmes lors de leur dernière marche à Bonfi, c’est injuste, c’est du deux poids, deux mesures », soutient la parlementaire.

Comme si cela ne suffisait pas, le FNDC invite le peuple de Guinée à une rencontre ce lundi au siège de la PCUD. Il sera question certainement d’annoncer d’importantes mesures en vue d’empêcher la tenue correcte du scrutin du 1er mars prochain.

Lansana Condé

Related posts

Assemblée nationale : Son président Damaro Camara reçoit les félicitations de l’Algérie à travers son ambassadeur accrédité en Guinée

tsegbaya

Béatrice Daubige Dupontou: «j’ai laissé le RPG Arc-en-ciel géré par un ami à mon père, je suis entrée à l’UFR»

tsegbaya

Faranah/Courant électrique : Après la manifestation de colère, les jeunes du quartier Tonkolonko obtiennent leur transformateur

tsegbaya